•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vaccination contre la COVID-19 plus lente cet été au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une infirmière vaccine une fillette.

Depuis la fin du mois de juillet, les enfants de 6 mois à 4 ans peuvent être vaccinés contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La vaccination contre la COVID-19 des enfants de six mois à quatre ans a connu un lent départ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, alors qu'elle a aussi beaucoup ralenti dans le reste de la population.

La campagne pour les plus jeunes est en cours depuis le 25 juillet.

Le directeur régional de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Marc Thibeault était de passage jeudi au micro de Place publique pour faire le point sur la situation au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Marc Thibeault avait une explication principale pour la faible affluence pour les six mois à quatre ans. Selon lui, un fort pourcentage de ces jeunes nouvellement admissibles ont contracté la COVID-19 au cours des derniers mois, d'après les données qu'il a en main. Ceux-ci doivent donc attendre trois mois avant de recourir à la vaccination.

J’ai confiance que lorsque les trois mois seront terminés, il n’y aura pas de parents qui voudront revivre la fermeture des CPE et des classes, souligne Marc Thibeault.

Il croit aussi qu'après les vacances la prise de rendez-vous pour faire vacciner les plus jeunes contre la COVID-19 reprendra.

Bilan estival

Selon les données de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), environ 2500 doses de vaccin ont été administrées dans les deux dernières semaines dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, tous âges confondus.

Le camion de la clinique de vaccination sur le stationnement de l'université.

La clinique de vaccination mobile dans le stationnement de l'UQAC

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Les cliniques mobiles ont continué d’opérer dans la région tout l’été. Selon Marc Thibeault, un ralentissement a été observé pendant l’été, mais la campagne continue de bien aller.

Cet été les gens ont attrapé la COVID-19, mais, somme toute, les lits des hôpitaux ne sont pas surchargés. Il y a des gens dans les hôpitaux, il y a eu beaucoup de monde malade, mais ce n’est pas ce que nous aurions vécu s’il n’y avait pas eu de vaccins, explique Marc Thibeault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !