•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoire pour les opposants à un projet de transvasement de propane à Upton

Six personnes se tiennent dans un stationnement.

Une partie des opposants d'Upton sans flamme devant l'hôtel de ville d'Upton. Au milieu, la porte-parole Nicolanne Sabourin.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Opposés à un site de transvasement de propane piloté par le Groupe Suroît, à Upton, des citoyens saluent un projet de règlement adopté à quatre contre trois par leur municipalité mardi soir. Celui-ci fixe à 240 mètres la distance à respecter entre ce genre d’installations et les résidences, ce qui rend théoriquement la réalisation du projet impossible. Les résidents espèrent maintenant la mise en force du règlement le plus rapidement possible.

Le vote du maire Robert Leclerc a fait pencher la décision des élus en la faveur des résidents, après des mois de mobilisation et une pétition signée par environ 700 d’entre eux. 

« On est fiers de nos élus, de monsieur le maire. C’est du courage politique qu’il y a eu à Upton.  »

— Une citation de  Maxime Beaugrand Dupuis, un citoyen 

Mon souhait, c’est qu’on réalise l’importance des terres qu’on a, car elles sont fertiles, on a les meilleures terres au Québec, et que les entreprises de matières dangereuses soient aux bons endroits, loin des citoyens. On a grandi, on est rendus en 2022, est-ce qu’on peut choisir nos emplacements comme du monde?, souligne quant à elle Nicolanne Sabourin, la porte-parole du collectif Upton sans flamme. 

Un champ.

Une partie du champ acquis par le Groupe Suroît pour son projet.

Photo : Radio-Canada / Jena-François Dumas

Selon le Groupe Suroît, le site d'entreposage projeté est sécuritaire et vise à répondre aux besoins de la région. Il comprendrait le transit d'au maximum 24 wagons de train dans le but de remplir 9 réservoirs enfouis d'environ 341 000 litres chacun.

L'entreprise se dit stupéfaite de la décision des élus puisque, selon elle, la municipalité réclamait initialement le projet. Elle accuse ainsi les élus d'avoir changé les règles du jeu en cours de route. 

Le Groupe Suroît a acheminé une mise en demeure à la municipalité d'Upton et la menace d'une poursuite de plus de 8 M$. 

Le maire Robert Leclerc a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada. 

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !