•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CSS des Hauts-Cantons cherche toujours du personnel à quelques jours de la rentrée

Une salle de classe vide.

La pénurie de personnel est criante au Centre de services scolaire des Hauts-Cantons.

Photo : Getty Images/iStock/DONGSEON KIM

Radio-Canada

La rentrée scolaire est imminente, mais des centaines d'enseignants doivent toujours être embauchés à travers le Québec. Le Centre de services scolaire (CSS) des Hauts-Cantons a notamment entamé une course contre la montre, alors qu’il cherche une quarantaine d’enseignants et des dizaines d'autres employés.

Le CSS, qui couvre les MRC de Coaticook, du Haut-Saint-François et du Granit, confirme qu'il manque toujours une quarantaine d'enseignants, une quinzaine de techniciens en éducation spécialisée et 25 tâches pour du personnel en service de garde.

Même si une certaine pénurie frappe annuellement les écoles, le CSS soutient que celle de cette année est amplifiée en raison de départs à la retraite et de la pénurie de main-d'œuvre. 

Le CSS affirme qu'il utilise tous les moyens en son pouvoir pour recruter le plus rapidement possible avant la rentrée. Il pense également à d'autres solutions.

On a un paquet d'enseignants qui ont pris des postes, des contrats, qui viennent en co-enseignement, en soutien à l'apprentissage. Ce sont les deuxièmes enseignants dans la classe. C'est parfait, ce sont des mesures que le ministère nous donne, surtout avec la pandémie où les élèves ont accumulé certains retards. [...] On va commencer par prendre ces enseignants-là pour les affecter dans des classes où il n’y aurait personne, explique le directeur général du CSS des Hauts-Cantons, Martial Gaudreau. 

Les postes à pourvoir sont autant au primaire qu'au secondaire et sont distribués sur tout le territoire du CSS. Des enseignants d’anglais sont notamment recherchés. Les gestionnaires regardent du côté des universités pour voir si des finissants des programmes d'éducation peuvent prendre certains contrats, tout en étant accompagnés dans leur travail. 

La directrice de l'école primaire Sacré-Cœur à Coaticook, Catherine Blanchet, a bon espoir de trouver le personnel manquant.

Il est minuit moins une, mais on a encore du temps. J’ai déjà connu des années où ça a été pire. Ceci étant dit, je l’envisage [la rentrée] encore avec beaucoup d’excitation. On a hâte de voir les enfants. On est confiant que peut-être pas le premier matin, mais qu’après un jour, deux jours, une semaine, des gens vont se manifester si jamais ce n’est pas comblé pour la rentrée, croit-elle.

À travers le Québec, environ 700 enseignants manquent à l'appel en vue de la rentrée. Les autres centres de services scolaire de l’Estrie devraient envoyer plus de détails sur leurs besoins de main-d'œuvre dans les prochains jours. 

Avec les informations de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !