•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après un incendie, le TNM reporte la première des Sept branches de la rivière Ōta

Robert Lepage en 2015

«Les sept branches de la rivière Ōta» est une pièce de près de 7 heures imaginée par Robert Lepage en 1994.

Photo : Getty Images / BERTRAND GUAY

Radio-Canada

Après l’incendie qui s’est déclaré jeudi matin dans la partie arrière du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), la direction de l'établissement a décidé de reporter les trois premières représentations de la pièce de Robert Lepage Les sept branches de la rivière Ōta, prévues les 19, 20 et 21 août.

Un feu s’est déclaré vers 7 h 30 au centre-ville de Montréal, dans la partie arrière du TNM, où des travaux d’agrandissement sont en cours. Vers 8 h 30, après l’intervention d’une centaine de pompiers de la Ville de Montréal, l’incendie était maîtrisé.

La décision d’annuler les trois premières représentations du spectacle a été prise par l’équipe du TNM jeudi matin, a confirmé Lorraine Pintal, directrice générale et artistique du TNM.

C’est difficile de dire en ce moment ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, mais ce serait très imprudent de faire venir des spectateurs en fin de semaine, a-t-elle expliqué en entrevue à Radio-Canada.

Un incendie a fait rage ce matin au Théâtre du Nouveau Monde sur la rue Sainte-Catherine. Le feu a nécéssité une 2e alerte. On en parle avec Lorraine Pintal, directrice générale et artistique du Théâtre du Nouveau Monde.

La salle de spectacle épargnée

Si Mme Pintal avoue qu’il s’agit d'un dur début de saison pour le TNM, elle se console du fait que l’incendie ait épargné le cœur du bâtiment, et surtout, que personne n’ait été blessé. On trouve que le début de saison est rough, surtout que tout était complet et que le show était prêt. Une chance que les équipes ne répétaient pas aujourd’hui, souligne-t-elle.

L’autre chance qu’on a, c’est d’avoir des murs de brique qui sont très épais. Ça a créé un mur protecteur [...] Ça n’a pas empêché d’avoir de l’eau partout en coulisses et de la fumée en salle et sur scène, mais le décor n’est pas touché, les costumes non plus, la salle non plus.

Elle affirme avoir pris la décision de reporter les spectacles par précaution pour le public, mais aussi pour laisser davantage de temps pour faire une évaluation des dommages plus complète. On n'a rien testé encore. Il faut assécher les zones, les nettoyer et mesurer l’impact des dégâts pour faire les réparations nécessaires.

Des flammèches à l’origine de l’incendie, selon Lorraine Pintal

L’incendie s’est déclaré dans une zone en construction à l’arrière du TNM, qui procède actuellement à un agrandissement d’envergure qui verra naître une deuxième salle de spectacle au-dessus de la salle principale. Des flammèches issues d’une opération de soudage seraient à l’origine du feu, selon Lorraine Pintal.

Il y avait un travail de soudage qui se faisait au deuxième [étage], et il y a des flammèches qui sont tombées au premier, tout près de la zone d’amplis, sur de la laine minérale qui a flambé.

Le TNM a affirmé par voie de communiqué que les détentrices et détenteurs de billets seraient contactés lorsque les dates de report des trois représentations seraient confirmées. Les autres représentations des Sept branches de la rivière Ōta, prévues du 26 au 28 août ainsi que les 3 et 4 septembre, sont maintenues pour l’instant.

On a pas mal de spécialistes sur place en ce moment [...], et il n’y a aucun son de cloche qui peut nous faire croire que les représentations ne reprendront pas leur cours à partir de vendredi prochain.

Ce texte a été écrit à partir d’une entrevue réalisée par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !