•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DSFM n’est pas représentée au conseil consultatif des élèves du Manitoba cette année

Le Palais législatif du Manitoba le 12 avril 2022.

Le Conseil a été créé dans le cadre de la réforme de l'éducation au Manitoba. Il regroupe 30 élèves de la 9e à la 12e année et diplômés récents, issus d’écoles privées et publiques.

Photo : Radio-Canada / Amine Ellatify

Aucun élève de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) n’est membre du conseil consultatif des élèves de la province cette année. Le groupe censé refléter la diversité des élèves au Manitoba conseille le ministre de l’Éducation.

Des invitations pour des demandes ont été envoyées à toutes les divisions pour encourager la participation, indique un porte-parole du gouvernement du Manitoba. La province peut confirmer qu’aucune demande n’a été soumise par un élève de la DSFM.

Le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, assure pourtant avoir fait la promotion de la participation à ce programme. Chaque fois que nous recevons ce genre de demande du ministère de l’Éducation, nous la transmettons directement à chacune de nos directions d’écoles secondaires.

Alain Laberge dit que l’un des problèmes est que la province a lancé son invitation destinée aux élèves un peu sur le tard, soit en juin.

La fin de la période de candidature a même été prolongée du 27 juin au 4 juillet. Or, les élèves ne sont plus à l’école à ce moment-là, comme le souligne Alain Laberge.

Ce qu’on aurait aimé, nous, c’est qu’il y ait un appel en septembre […] avec des élèves fraîchement arrivés de l’été qui pourraient participer à ce comité, dit-il, ajoutant qu'il a fait cette suggestion à la province.

Alain Laberge estime que la participation de représentants de la DSFM à ce genre de conseil est importante. Elle permet, entre autres, d’initier des gens à la culture et à la construction identitaire dans la DSFM.

C’était ce qu'a vécu Janik Grenier, membre sortante du conseil, qui vient de terminer sa 12e année à l’École régionale Notre-Dame. Elle trouve frustrant qu’aucun élève de la DSFM ne se soit porté candidat, bien qu’elle comprenne qu’après deux ans de pandémie les jeunes ont déjà beaucoup de choses à faire.

Ça m’a vraiment frappée, je pense que c’est important d’avoir au moins une voix de la DSFM. On est une division complètement différente des autres divisions de la province, explique-t-elle.

Janik Grenier, souriante, en toge de finissante.

Janik Grenier s’apprête à commencer des études en science à l’Université du Manitoba.

Photo : Janik Grenier

La jeune fille, qui s’apprête à commencer des études en science à l’Université du Manitoba, dit que les autres membres du conseil consultatif des élèves lui posaient toutes sortes de questions, comme : Tu parles vraiment français tout le temps?

Elle ajoute que, durant certaines réunions, des élèves lui ont demandé comment dire certaines choses en français et l’ont invitée à s’exprimer en français.

En faisant partie du conseil consultatif des élèves durant sa première année d’existence, l’an dernier, elle voulait faire valoir des préoccupations d’élèves autour de la santé mentale et des besoins des régions rurales.

La priorité en santé mentale diffère pour chaque élève, mais je pense qu’avec toutes nos voix ensemble on a vraiment pu mettre un point sur l’importance de ce sujet, et comment ça impacte les élèves de la maternelle à la 12e année, affirme Janik Grenier.

C’était vraiment important pour moi d’être la voix des élèves de la DSFM et des endroits ruraux au Manitoba. Je pense que j’ai pu vraiment dire mes opinions et mes idées pour aider les gens, poursuit-elle.

Janik Grenier croit que la province a bien réussi son objectif d’entendre les opinions d’élèves partout au Manitoba. Elle espère que le gouvernement trouvera un moyen de donner une voix aux élèves de la DSFM pour l’année à venir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !