•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crises de l’itinérance et des opioïdes : le gouvernement Ford sommé d’en faire plus

Des tentes assemblées dans un parc.

Des maires, des chefs de police et des dirigeants d'entreprise veulent un meilleur soutien du gouvernement ontarien dans la recherche de solutions aux crises de l'itinérance et des surdoses.

Photo : CBC / Jonathan Migneault

Radio-Canada

Des maires, des chefs de police et des dirigeants d'entreprise de l'Ontario demandent à la province de fournir davantage d'aide pour faire face aux crises croissantes de l'itinérance et des opioïdes qui frappent les grandes et les petites villes.

Le Caucus des maires des grandes villes de l'Ontario, un groupe qui comprend 29 maires de villes de 100 000 habitants ou plus, a demandé une réunion d'urgence avec le premier ministre Doug Ford et son gouvernement il y a deux mois pour aborder la question des sans-abri, de la crise des opioïdes et de la santé mentale, a déclaré le président de l’association Cam Guthrie, qui est également maire de Guelph.

Il indique que la province n’a pas répondu à cette demande jusqu'à présent. Cam Guthrie ajoute que le groupe est très déçu d'être tenu en attente sur une question aussi importante.

Il précise que le caucus des maires a rencontré Michael Tibollo, ministre associé délégué au dossier de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances, lors de la conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario cette semaine. Cam Guthrie croit tout de même qu'une réunion avec plusieurs ministères est nécessaire pour aborder un problème aussi complexe.

Chaque jour où nous ne nous réunissons pas avec d'autres intervenants pour essayer de trouver des solutions est un jour de plus où la lutte continue et où la crise s'aggrave, estime-t-il.

Une opinion que partage l'Association des municipalités de l'Ontario.

Il faut que la province participe à la recherche de meilleures solutions et de moyens de les mettre en œuvre de manière efficace et efficiente, déclare Colin Best, président de l’Association des municipalités de l’Ontario et conseiller de la région de Halton. Car à l'heure actuelle, nous dépensons beaucoup d'argent sans obtenir de résultats.

Même son de cloche de l’Association des chefs de police de l'Ontario. Son porte-parole, Joe Couto, rappelle que la police communautaire a pour but de s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté, de l'itinérance et des toxicomanies de toutes sortes.

« À notre avis, si nous pouvions traiter ces problèmes à la source, nous pourrions épargner aux gens beaucoup de douleur et des démêlés avec la justice. »

— Une citation de  Joe Couton, porte-parole de l'Association des chefs de police de l'Ontario

La Chambre de commerce de l'Ontario appuie elle aussi un partenariat provincial pour accélérer la recherche de solutions axées sur la santé et l'économie à cette crise à court et à long terme.

La crise des opioïdes continue d'avoir des répercussions socioéconomiques importantes sur les entreprises et les communautés de l'Ontario, en particulier dans les régions du Nord, l'industrie de la construction et les groupes racisés et marginalisés, estime Sara Fegelman, analyste principale en matière de politiques de la Chambre.

De plus en plus de sans-abri

Des municipalités de toute la province font face à une augmentation de la population des sans-abri, causée entre autres par la pandémie de la COVID-19 et par un dégoût et une méfiance croissants à l'égard des grands refuges.

En conséquence, des campements, petits et grands, ont surgi dans de nombreuses communautés.

Cam Guthrie déclare que les villes ne sont pas en mesure de répondre aux besoins en matière de soins de santé des personnes qui vivent dans la rue et de celles qui ont des dépendances, soulignant que les soins de santé sont de compétence provinciale.

Victoria Podbielski, porte-parole de Steve Clark, ministre des Affaires municipales et du Logement, déclare pour sa part que la province veille à ce que tous les Ontariens, en particulier les plus vulnérables, aient un endroit sûr, stable et abordable où se loger.

Le gouvernement de l'Ontario investit près de 25 millions de dollars en nouveau financement annuel dans un programme qui aide les personnes sans-abri ou qui risquent de le devenir à trouver un logement, des services et du soutien, dit-elle.

Elle ajoute que cela porte l'investissement annuel total de la province dans les programmes de prévention de l'itinérance à près d'un demi-milliard de dollars.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !