•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le groupe Embracer met la main sur les droits du Seigneur des anneaux et du Hobbit

Un hobbit tenant un bâton de marche, devant d'autres créatures prêtes à aller marcher.

La trilogie Le hobbit fait partie de la transaction d'Embracer.

Photo : MGM / New Line

Radio-Canada

Le mastodonte du jeu vidéo suédois Embracer poursuit sa croissance avec six nouvelles acquisitions, dont les studios Limited Run Games (Star Wars: Knights of the Old Republic II: The Sith Lords) et Tripwire Interactive (Chivalry), et les droits de propriété intellectuelle du Seigneur des anneaux et du Hobbit.

Le puissant groupe prend donc le contrôle non seulement des jeux vidéo liés à la terre du milieu, mais aussi des films, des séries télé, des productions scéniques, des parcs à thème, des jeux de société et autres produits dérivés de Tolkien.

Dans les cartons pour Embracer : explorer d’autres films basés sur des personnages emblématiques tels que Gandalf, Aragorn, Gollum, Galadriel, Eowyn et d'autres personnages de l'œuvre littéraire de J.R.R. Tolkien.

Notons que Weta Workshop a annoncé plus tôt cette semaine un nouveau jeu vidéo dont l’action se déroulera dans l’univers du Seigneur des anneaux. Et Amazon, qui a acquis des droits pour la coûteuse adaptation du Seigneur des anneaux, lancera finalement la série Les anneaux de pouvoir sur son service de diffusion en continu Prime Video le 2 septembre prochain.

Un mastodonte du jeu vidéo

Le groupe Embracer connaît une ascension fulgurante ces dernières années. L’entreprise a acquis au début de l’été plusieurs studios de Square Enix, dont ceux à Montréal, incluant Eidos Montréal, mettant du même coup la main sur les jeux à succès Tomb Raider, Deus Ex et Thief.

Elle possède aussi Gearbox (Borderlands), Saber Interactive et THQ Nordic. Mais elle s’intéresse aussi à d’autres productions hors jeux vidéo, avec sa marque de bandes dessinées et de divertissement Dark Horse.

« Il est encourageant de constater que notre groupe est devenu un acheteur naturel et privilégié d'entreprises créatives, en pleine croissance et rentables dans le domaine des jeux et du divertissement. »

— Une citation de  Lars Wingefors, cofondateur et PDG du groupe Embracer

Embracer a aussi conclu un accord avec une entreprise liée aux jeux vidéo pour PC et consoles, mais dont elle tait le nom pour le moment pour des raisons commerciales.

Ces nouvelles acquisitions d’Embracer – qui porte à plus de 850 le nombre de séries de jeux qu’elle possède ou contrôle – s’inscrivent dans une tendance de concentration de l’industrie du jeu vidéo sous l’égide de géants, avec des transactions records. Microsoft, par exemple, a annoncé plus tôt cette année son acquisition d’Activision-Blizzard pour la somme de 69 milliards de dollars américains (86,4 milliards de dollars canadiens).

Le scénario s’est répété du côté de Sony, qui a mis la main sur le développeur de Destiny, Bungie, pour 3,6 milliards de dollars américains (4,7 milliards de dollars canadiens). Take-Two a pour sa part dépensé 12,7 milliards de dollars américains (16,4 milliards de dollars canadiens) pour le fabricant de FarmVille, Zynga.

Avec les informations de Deadline, et The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !