•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de sécurité aux jardins publics après une attaque à la hache contre les arbres

Sean Street debout au milieu du parc.

Le superviseur de l'horticulture, Sean Street, se tient à côté du hêtre européen dans les jardins publics d'Halifax. Il a été endommagé lors de l'attaque du mois dernier. C'est l'un des arbres les plus connus du parc.

Photo : Radio-Canada / Jane Sponagle

Radio-Canada

Des caméras de sécurité ont été installées dans les jardins publics d'Halifax après le vandalisme sur une trentaine d’arbres le mois dernier. En plus des caméras, il y a aussi une présence pour plus de sécurité au cours des nuits.

Entre le soir du 25 juillet et le matin du 26 juillet, les arbres ont été attaqués à la hache. 14 arbres ont été écorcé avec une hache tout le tour de leur tronc et 4 arbres ont été tellement endommagés qu’ils ont dû être abattus.

On a perdu tout sentiment de sécurité en une nuit, admet Sean Street, superviseur de l'horticulture pour les jardins. Depuis que les jardins publics existent depuis au moins 150 ans, ce genre d’attaque ne s’est jamais produit.

Il affirme que d'autres changements en matière de sécurité sont à venir.

Nous avons réalisé à quel point nous sommes vulnérables et à quel point ces arbres sont précieux, dit-il.

Des arbres en partie écorcés.

Une trentaine d’arbres ont été attaqués à la hache aux jardins publics d'Halifax en juillet 2022.

Photo : Gracieuseté : Municipalité Régionale d'Halifax

La police régionale d'Halifax dit que l'enquête se poursuit et demande à toute personne ayant des informations sur cette attaque de les contacter. Le corps policier n’a pas voulu divulguer le nombre d’appels reçus jusqu’à maintenant.

Malgré les dégâts, Sean Street dit que c’est un miracle que la plupart des coupures sur les arbres n'étaient pas plus profondes, ce qui les a aidés à survivre aux conditions sèches de cet été.

Les arbres reçoivent une fertilisation en terre et sont arrosés pendant les moments les plus chauds de la journée, dit-il, donc ils ont l’air de bien aller malgré le temps chaud, mais c'est trompeur.

Il explique que les nutriments contenus dans les feuilles ne peuvent pas descendre jusqu'aux racines, car l'écorce est endommagée.

Le ginkgo, un arbre bien connu du jardin, a été coupé seulement sur la moitié de sa circonférence, ses chances de survie sont donc plutôt bonnes.

Les ginkgos sont des arbres vraiment solides, dit Sean Street.

Le personnel soupçonne que le hêtre européen était la cible principale de cette attaque à la hache. Sean Street raconte que cet arbre était là avant la création des jardins et qu'il aurait près de 200 ans.

Le superviseur espère que le hêtre a stocké suffisamment de nutriments dans ses réserves au cours de ces décennies pour l'aider à guérir.

Stan Kochanoff observe un arbre écorcé de près.

Stan Kochanoff a passé une bonne partie de la longue fin de semaine d'août à traiter les blessures des arbres des jardins publics d'Halifax.

Photo : Twitter/Halifax Public Gardens

Stan Kochanoff est le seul consultant arboriculteur enregistré en Atlantique. Il a été appelé après l'attaque pour évaluer les dégâts et commencer le traitement.

« J'ai été choqué comme tout le monde! »

— Une citation de  Stan Kochanoff, arboriculteur

Il dit qu'il n'a jamais rien vu de tel en près de 50 ans de travail. Durant la longue fin de semaine d'août il est revenu aux jardins publics pour traiter les blessures des arbres.

C'était incroyable de voir combien de personnes sont venues me voir pour demander ce que nous faisions et si on pouvait sauver les arbres, dit-il.

Le mois prochain, les quatorze arbres qui ont été écorcés sur toute une circonférence de leur tronc recevront une greffe d’écorce en pont. Ça va aider les nutriments à se rendre aux racines, mais les greffes en pont n'ont pas fait leurs preuves en automne ni avec des arbres de cet âge.

Mais Stan Kochanoff reste optimiste. Je le suis toujours quand il s'agit d'arbres, s'exclame l'arboriculteur.

Avec les informations de Jane Sponagle de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !