•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prochain gouvernement doit permettre aux aînés de « vieillir à la maison »

Gros plan sur une personne âgée qui tient les mains d'une personne plus jeune.

Reportage de Louis-Simon Lapointe sur les revendications de la Fédération de l'âge d'or du Québec qui regroupe plus de 525 000 membres âgés de 50 ans et plus.

Photo : iStock

La formation politique qui sera élue le 3 octobre prochain devra permettre aux aînés québécois de vieillir chez eux, demande la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ). Le réseau, qui défend les droits et intérêts des personnes âgées de 50 ans et plus, a dévoilé ses 15 revendications aux partis politiques jeudi.

Les demandes de la FADOQ sont réparties en quatre grands thèmes : santé, droits des aînés, fiscalité et travailleurs d'expérience.

Pour Guy Bonneau, président de la FADOQ – régions de Québec et Chaudière-Appalaches, il est évident que le prochain gouvernement devra délier les cordons de la bourse afin de bonifier les soins à domicile pour les personnes âgées.

« Les aînés veulent de plus en plus vivre chez eux, et avoir une bonne qualité de vie. Il est important que les soins de santé suivent ce désir-là. »

— Une citation de  Guy Bonneau, président de la FADOQ
Guy Bonneau, président de la FADOQ - régions Québec et Chaudière-Appalaches.

Selon Guy Bonneau, le système de santé québécois a besoin d'être « retravaillé » afin de mieux servir les populations âgées.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Beaucoup d'aînés qui se retrouvent en centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ou en résidence privée pour aînés (RPA) pourraient plutôt bénéficier de soins à domicile, selon lui.

Vivre chez soi

Jean-Michel Leclerc vit toujours dans sa maison de Sainte-Foy à Québec. Il compte y passer ses vieux jours avec son épouse.

Ça les prend, les résidences. Mais vivre à domicile le plus longtemps possible avec une qualité de vie, y'a rien de mieux que ça, affirme M. Leclerc, membre du Club FADOQ Saint-Mathieu-Apôtre à Québec.

Avec une population de plus en plus vieillissante, M. Leclerc croit que le prochain gouvernement a tout intérêt à mettre en place des solutions permettant de désengorger les RPA et les CHSLD.

Ils pourront pas tous nous envoyer dans des résidences. Il va falloir qu'ils nous donnent les moyens pour rester plus longtemps à domicile avec une certaine qualité de vie, dit-il.

Solutions

Les demandes de la FADOQ ont reçu l'appui des partis d'opposition.

Dominique Anglade aux côtés du candidat libéral Dominic Cardinal.

La cheffe Dominique Anglade était de passage à Québec jeudi afin de présenter un nouveau candidat dans la circonscription de Louis-Hébert.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Le Parti libéral du Québec (PLQ) propose une allocation aînée non imposable de 2000 $ par année afin de soutenir les personnes de plus de 70 ans.

Ce montant permettrait à plus d'aînés de demeurer chez eux.

La meilleure maison pour les aînés, c'est la maison où vous êtes actuellement, dit-elle.

S'il est élu, le Parti conservateur du Québec (PCQ) compte instaurer une assurance de soins de longue durée qui inclut les soins à domicile, précise Cédric Lapointe, attaché de presse du chef Éric Duhaime. Il ajoute que son parti compte mettre en place des crédits d'impôt pour les aînés de 60 ans et plus qui voudraient rester sur le marché du travail.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Le Parti québécois (PQ) indique que son plan répond aux demandes de la FADOQ. Il inclut notamment une aide sociale pour lutter contre l'inflation pour les personnes avec de petites retraites et permettre aussi aux aînés qui le souhaitent de retourner sur le marché du travail, précise par courriel Lucien Rodrigue, candidat péquiste dans Charlevoix–Côte-de-Beaupré.

Québec solidaire (QS) veut s'attaquer au problème en proposant une aide financière pour les aînés de 65 ans et plus avec une couverture publique de leurs soins dentaires et appareils auditifs, tout en bonifiant leur revenu afin d’assurer une retraite digne à toutes et tous, indique le député de Jean Lesage, Sol Zanetti.

Clientèles complètement différentes

Le cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a défendu son bilan en la matière.

Nous avons investi 1,9 milliard de dollars supplémentaires dans notre premier mandat en soins à domicile. C’est sans précédent, écrit Jean-Charles Del Duchetto, attaché de presse de la ministre dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Marguerite Blais.

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Photo : Radio-Canada / Jean claude taliana

Le cabinet de la ministre affirme qu'il ne faut pas mettre en opposition les soins à domicile et l’hébergement en CHSLD.

Ce sont deux services complémentaires qui desservent des clientèles complètement différentes, indique-t-on.

Avec les informations de Louis-Simon Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !