•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible vague de drogue dans les consommations à Saint-Jean

Un homme laisse tomber un comprimé dans un verre, sur un bar.

La police lance un avertissement public à la suite de plusieurs plaintes au sujet de drogue glissée dans les consommations à Saint-Jean, à Terre-Neuve (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Un avertissement récent de la police au sujet de drogues glissées dans des boissons alcoolisées peut être un signe d’une hausse des tentatives de viol, estime la directrice du Centre pour la prévention des agressions sexuelles de Terre-Neuve-et-Labrador, Sandra McKellar.

La Force constabulaire royale de Terre-Neuve a prévenu les fêtards au centre-ville de Saint-Jean vendredi dernier au sujet d’une vague de possibles incidents du genre.

Le problème existe depuis longtemps, selon Sandra McKellar, mais s’il y a un avertissement public, c'est que la situation est peut-être pire que d’habitude.

La police dit avoir reçu plusieurs plaintes provenant de divers endroits du centre-ville. Elle a lancé un avertissement public en raison de la fréquence rapide de ces plaintes.

Dans tous les cas, des personnes qui socialisaient en public au moment des faits croient que de la drogue a été glissée à leur insu dans leur consommation ou qu’elle leur a été administrée autrement, explique le service policier.

Il n’y a toutefois eu aucune plainte pour agression sexuelle à la suite de ces incidents, ajoute la police.

Sandra McKellar explique qu’un bon nombre de substances, y compris l’alcool, peuvent être employées pour agir sur la capacité d’une personne de prendre une décision éclairée en matière de consentement.

Les victimes d’un empoisonnement causé par de la drogue peuvent ressentir de l’étourdissement, des vertiges, des déficiences visuelles ou motrices, de la somnolence et une faiblesse physique.

Si une agression est commise, explique Mme McKellar, la victime peut se souvenir d’une sensation de paralysie et d’impuissance. La victime peut n’avoir que très peu de souvenirs de l’agression, ou même aucun souvenir, mais elle peut ressentir des courbatures ou remarquer qu’elle a saigné.

Toute personne qui croit avoir subi une agression peut consulter un médecin, porter plainte à la police ou appeler une ligne d'écoute téléphonique, ajoute Mme McKellar.

La Force constabulaire royale poursuit son enquête sur ces incidents et elle invite toute personne qui s’est sentie plus ivre que prévu lors d’une activité sociale à communiquer avec elle.

Avec des renseignements de Garrett Barry, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !