•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pêche autochtone en N.-É. continue malgré une zone fermée pour les baleines

La baleine Snake Eyes, vue de haut, nage dans la mer.

Une photo prise le 16 juillet 2019 de Snake Eyes, nommé ainsi en raison de deux petites cicatrices blanches sur sa tête qui font penser à des yeux de serpent.

Photo : Northeast Fisheries Science Center

Radio-Canada

Une fermeture de pêche du ministère des Pêches et des Océans (MPO) en Nouvelle-Écosse pour protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord ne s'applique pas aux pêcheurs de homard autochtones.

« La pêche au homard à des fins alimentaires, sociales et de rituelles (ASR) qui est actuellement autorisée dans cette zone peut se poursuivre. »

— Une citation de  Lauren Sankey, porte-parole ministère des Pêches et des Océans

La fermeture a été annoncée lundi après le repérage d’une baleine dans la baie de Fundy près de Tiverton pour éviter les risques d' empêtrement.

Mercredi, le ministère a informé les bandes actives dans la pêche au homard ASR dans la région que l'ordonnance ne les concernait pas et la décision inquiète certains pêcheurs commerciaux dans la baie Sainte-Marie.

Toutes les pêcheries commerciales de crabe et de hareng avec du matériel sans surveillance dans l'eau doivent quitter la baie Sainte-Marie à compter de 17 h jeudi.

Le Canada a imposé des fermetures de pêche en atlantique à quelques reprises depuis la mort de quelques baleines noires en danger d'extinction dans le golfe du Saint-Laurent.

Au moins deux des baleines mortes ont été retrouvées empêtrées dans du matériel de pêche aux crabes.

Une baleine noire trouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent.

À l'été 2017, douze baleines noires ont été retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo : Pêches et Océans Canada

Lauren Sankey ajoute que le ministère continue de travailler avec les Premières Nations sur la gestion des activités de récolte ASR liées à la protection des baleines dans le cadre des processus de consultation en cours.

Je m'attendrais à ce que les règles soient appliquées de manière juste et équitable entre tous les utilisateurs des ressources, dit Dan Fleck de l’association des pêcheurs de homards Brazil Rock 33/34 qui représente les pêcheurs commerciaux de la région.

Il rappelle qu’il peut y avoir de graves conséquences si des baleines noires se blessent à cause de matériel de pêche, peu importe qui est responsable.

La loi américaine sur la protection des mammifères marins peut bloquer l'accès au marché des fruits de mer susceptibles de nuire aux baleines.

Dan Fleck est assis à son bureau.

Dan Fleck de l’association des pêcheurs de homards Brazil Rock 33/34 qui représente les pêcheurs commerciaux de la région.

Photo : Gracieuseté : Brazil Rock Lobster Association

Ça mettrait en péril toutes les pêches commerciales, car ça pourrait être considéré comme des pêcheurs canadiens tuant des baleines. Ils ne se soucieront pas de savoir s'il s'agit d'un autochtone ou d'un pêcheur commercial, dit-il.

Sean Brilliant est directeur de la Fédération canadienne de la faune et milite depuis des années pour la protection des baleines noires de l'Atlantique Nord. Il dit que l’exemption pour la pêche autochtone ASR semble contraire à l'objectif des fermetures.

Il précise qu'à moins que les pêcheurs utilisent des engins adaptés aux baleines, aucune pêche aux homards ne devrait être autorisée dans une zone fermée.

Je suis surpris que la pêche avec du matériel typique soit permise, ajoute-t-il.

Des pêcheurs sur le quai tirent des gros cordages de pêche.

Pêcheurs autochtones le 22 octobre 2020 à Saulnierville, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Eric Woolliscroft

Et pourtant Dan Fleck soutient qu’il y a eu de la pêche aux homards ASR dans la baie Sainte-Marie toute la semaine.

Les autochtones de la bande Sipekne'katik pratiquent la pêche aux homards à des fins alimentaires, sociales et de rituelles dans la baie Sainte-Marie, mais le chef Mike Sack n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Un conseiller en communications de la bande n'a pas non plus été en mesure de dire si la bande a modifié ses opérations de pêche depuis l'observation de baleines noires dans la baie.

Avec les informations de Paul Withers de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !