•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme pour aider les enfants dyslexiques à apprendre une autre langue

Un enfant prend une pause en faisant de la lecture.

Un nouveau programme pilote d'immersion en français à aide des des élèves dyslexiques (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Un nouveau programme pilote d'immersion en français offert à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, est conçu pour aider les élèves qui vivent avec la dyslexie et d'autres troubles d'apprentissage.

Il peut être assez complexe d’apprendre une seconde langue, encore plus dans le cas de personnes qui doivent surmonter un défi d’apprentissage comme la dyslexie. Le programme pilote lancé récemment a pour objectif de remédier à cette situation.

C’est pour aider les enfants dans les salles de classe, pour leur donner les outils qu’ils ont besoin pour avoir du succès en langue française, souligne la coordonnatrice du programme de français de l'Association des troubles d'apprentissage du Nouveau-Brunswick, Megan Bach, au cours d’une entrevue accordée mercredi à l’émission L’heure de pointe Acadie.

Les enfants dyslexiques éprouvent de la difficulté à lire. Ils peuvent aussi connaître des problèmes de compréhension en lecture, d’orthographe et d’écriture.

Megan Bach.

Megan Bach est la coordonnatrice du programme de français de l'Association des troubles d'apprentissage du Nouveau-Brunswick.

Photo : Gracieuseté : Megan Bach

Le programme pilote aide à l’heure actuelle huit élèves en immersion française. Megan Bach donne un aperçu des services qu’ils reçoivent.

Quand ils commencent, ce sont tous les sons initiaux, les sons du milieu et les sons fins. On s’assure qu’ils sont tous bien, qu’ils savent comment les prononcer, comment les parler, faire le décodage, explique-t-elle.

Le programme compte trois niveaux d’apprentissage. Le troisième porte sur la lecture, l’écriture et les sons plus complexes.

Les élèves font du progrès

Les élèves participants ont été évalués dès le début. Une nouvelle évaluation ces jours-ci confirme qu’ils font des progrès, selon Mme Bach.

On peut déjà trouver qu’ils ont plus de sons, plus de vocabulaire. Ils peuvent lire un peu plus. Ça va vraiment bien. Tu peux voir que les jeunes sont plus [à l’aise] à parler et à apprendre en français, estime Megan Bach.

Plusieurs intervenants ont mis au point le programme et un comité de l'Association des troubles d'apprentissage du Nouveau-Brunswick a eu l’idée de l’offrir à Fredericton, ajoute Megan Bach.

De nombreux parents ont communiqué avec l’Association pour lui demander de l’aide du genre, selon Mme Bach. Le nombre de places est toutefois limité. Une liste d’attente a donc été créée en cas de besoin.

Le programme pilote n’est offert qu’à Fredericton pour le moment. Il pourrait s’écouler un an pour que l’Association puisse l'offrir ailleurs dans la province s’il fait ses preuves à Fredericton, estime Megan Bach.

Avec les renseignements de l’émission L’heure de pointe - Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !