•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier de Toronto démissionne après une période d’inconduite « scandaleuse »

Un policier du service de Toronto lors d'une conférence de presse.

Le policier Matthew Brewer, qui a été suspendu sans paie plus tôt ce mois-ci, a remis sa démission.

Photo : Evan Mitsui/CBC

Radio-Canada

Le policier Matthew Brewer, qui continuait à recevoir des chèques de paie après une tentative de son employeur de le congédier pour « inconduite scandaleuse », a finalement démissionné.

L'ancien agent de police n'est plus payé depuis mardi, selon la police de Toronto.

La liste des fautes qui lui sont reprochées comprend :

  • avoir suivi sa conjointe avec une arme de poing alors qu'il était en état de crise
  • avoir aspergé de gaz poivré un suspect menotté à l'arrière d'une voiture de police
  • avoir conduit avec des facultés affaiblies et avoir insulté un sergent d'état-major qui, selon lui, couchait avec sa conjointe de fait.

L'agent d'audience, le surintendant Riyaz Hussein, qui fait lui-même face à des accusations de conduite avec facultés affaiblies, avait ordonné en juillet 2021 que l'agent Brewer soit licencié à moins qu'il ne démissionne.

Matthew Brewer a fait appel de cette décision, de sorte qu'il a continué à être suspendu avec salaire jusqu'à ce mois-ci, conformément à la loi provinciale.

La Commission civile de la police de l'Ontario a rejeté son appel le 8 août.

Le Service de police de Toronto s'attend à ce que tous ses agents et employés respectent les normes de conduite les plus élevées et les oblige à rendre des comptes dans le cadre de procédures disciplinaires, a déclaré la porte-parole Stephanie Sayer.

L'agent d'audience était d'avis que le comportement de l'agent Brewer était inférieur à cette norme et qu'il ne devrait plus être en mesure de servir et de protéger les communautés de Toronto.

Les documents des audiences disciplinaires montrent que l'agent Brewer souffrait à la fois du syndrome de stress post-traumatique et d'alcoolisme, ce qui, selon David Butt, l'avocat de l'agent Brewer, est représentatif du lourd fardeau que le travail policier a fait peser sur son client.

Ces types de maladies et de luttes sont endémiques au travail de la police, aux intervenants de première ligne , a déclaré Me Butt.

Il a ajouté que M. Brewer est sobre depuis plus de trois ans et qu'il est décevant qu'une approche punitive l'ait emporté dans ce cas sur une approche favorable à la santé et au bien-être.

M. Butt a également déclaré qu'il était ironique que l'agent d'audience de l'affaire fasse l'objet de ses propres accusations criminelles pour conduite en état d'ébriété.

Riyaz Hussein exerce actuellement des fonctions administratives en attendant les résultats de ses propres audiences criminelles et disciplinaires.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !