•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une vente « pressée », Winnipeg fait traîner les négociations pour le 219 Provencher

Le soleil plombe au-dessus de l'ancien hôtel de ville. Deux grandes affiches sont collées au bâtiment.

En novembre 2019, la Ville de Winnipeg a publié un appel d’offres pour la vente du bâtiment situé au 219, boulevard Provencher.

Photo : Radio-Canada / Zoé Le Gallic-Massie

La vente de l’ancien hôtel de ville et de la caserne de pompiers de Saint-Boniface à l’organisme Manitoba Possible n’a toujours pas été conclue. La Société de la francophonie manitobaine dénonce un appel d’offres « pressé », suivi de lentes négociations de la part de la Ville de Winnipeg.

Lorsque, en février 2021, Manitoba Possible a obtenu les droits exclusifs de négociation avec l’administration municipale pour l’achat des deux bâtiments et d'un bout de stationnement derrière l'ancien hôtel de ville, il était entendu que le processus prendrait vraisemblablement au moins six mois.

Un an et demi plus tard, le dossier a peu progressé.

Les choses vont bien, mais lentement, affirme le directeur général de Manitoba Possible, Dana Erickson. L'organisme offre des services aux personnes qui ont un handicap.

La Ville et l’organisme se sont entendus sur les conditions commerciales de la vente, mais les deux parties cherchent encore des formulations juridiques adéquates pour certains éléments de l’entente : Rien d’extraordinaire, mais cela prend juste du temps, ajoute Dana Ericson.

Certains aspects de la transaction, dont le caractère patrimonial des bâtiments et le fait qu’elle concerne trois terrains distincts, viennent compliquer l’affaire.

Nous savons que le Service juridique de la Ville a un arriéré dans ses dossiers, alors il n'a pas été aussi réactif que nous le voudrions, note Dana Erickson.

Les plans de développement du projet de Manitoba Possible.

Les plans de développement du projet de Manitoba Possible pour un secteur de l'ancien carré civique de Saint-Boniface.

Photo : Manitoba Possible

Il n’a aucun doute quant à la réalisation de la vente. Le prix proposé par Manitoba Possible pour l’achat des bâtiments, ainsi que d’un bout de stationnement situé derrière l’ancien hôtel de ville, est de 10 000 $.

L'organisme veut créer ce qu'il appelle en anglais un Abilities Village (village des possibilités) avec des emplois liés à la fine pointe de la technologie, des formations, des entreprises sociales et des logements destinés aux personnes ayant un handicap.

Un retard incompréhensible, selon la SFM

Quant au 219, boulevard Provencher, bâtiment phare du quartier français de Winnipeg et source de la discorde entourant cet appel d’offres, Manitoba Possible souhaite le céder à la Société de la francophonie manitobaine (SFM) lors d’une transaction subséquente et distincte.

Le directeur général adjoint de la SFM, Jean-Michel Beaudry, souligne que la relation entre la SFM et Manitoba Possible est excellente, mais que les retards sont inquiétants.

On ne peut pas vraiment de notre côté comprendre le retard qui semble avoir été occasionné au niveau de la Ville, déclare-t-il. On sait que le coût d’un projet, plus c’est retardé, plus ça augmente, ça aussi, c’est inquiétant de notre côté.

M. Beaudry souriant dans un bureau.

Jean-Michel Beaudry est le directeur général adjoint de la Société de la francophonie manitobaine.

Photo : Société de la francophonie manitobaine

« Ce qui est encore difficile pour nous de comprendre, c’est l’empressement de la Ville de Winnipeg à conclure l’appel d’offres et, maintenant que c’est conclu, il ne semble pas y avoir d’empressement pour que le projet aille de l’avant. »

— Une citation de  Jean-Michel Beaudry, directeur général adjoint, Société de la francophonie manitobaine

La SFM avait demandé une prolongation de l’appel d’offres afin que des consultations puissent avoir lieu, une demande à laquelle s’était opposé le comité sur la propriété et le développement de Winnipeg.

Jean-Michel Beaudry note que la SFM reproche toujours à la Ville un processus d’appel d’offres qui n’a pas pris en considération ses obligations envers la minorité francophone.

Des demandes d’accès à l’information n’ont pas fait la lumière là-dessus, poursuit-il, car les documents obtenus étaient caviardés au point de ne fournir aucune information pertinente. La SFM a d’ailleurs déposé une plainte pour cette raison auprès de l’ombudsman du Manitoba. Elle ne sait pas à quel moment une décision sera rendue.

Les négociations continuent avec Manitoba Possible, et nous pensons conclure la vente dans un proche avenir , indique un porte-parole de la Ville de Winnipeg dans un courriel.

Le porte-parole a refusé de répondre à des questions portant sur les retards accusés par le Service juridique de la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !