•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le seul restaurant ouvert à l’année à Natashquan fermera fin septembre

Des maisons dans le village de Natashquan, sur le bord de l'eau.

Une vue du village de Natashquan (archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

La pénurie de personnel vient à bout d'un autre restaurant, cette fois à Natashquan. Le goût du large fermera ses portes le 30 septembre.

C’est clair qu'on ne fait pas ça de gaieté de cœur. On est conscientes que pas de restaurant au village, c’est pas le fun, c’est un service essentiel, raconte l'une des copropriétaires du restaurant Le goût du large, Marina Landry.

Elle se désole de devoir en arriver à cette décision, car le restaurant était toujours rentable, selon elle. Les autres copropriétaires du restaurant sont les sœurs Réjeanne et Monique Hounsell.

Comme nous sommes le seul restaurant ouvert à l’année, il y a des travailleurs, des gens de passage, la communauté… Le restaurant fonctionne très bien, même l’hiver, explique la gestionnaire.

Toutefois, le manque de main-d'œuvre et la difficulté de recrutement se font sentir depuis de nombreuses années. Le restaurant a également dû réduire ses heures d’ouverture en raison du manque de travailleurs.

D’ici quelques semaines, elles ne seront plus que quatre personnes à travailler au restaurant, avec une moyenne d’âge de 64 ans, rappelle Marina Landry.

On ne peut pas rouler une entreprise sept jours par semaine avec quatre employées du matin jusqu’au soir. Tu ne peux pas te permettre de tomber malade non plus. Tu peux pas avoir plus limite que ça, se désole Marina Landry.

Le restaurant Le goût du large, situé aux abords de la petite rivière Natashquan, offrait des repas depuis 2015. Avant cela, le même bâtiment abritait un autre restaurant, John Débardeur, depuis 1998.

On a beaucoup investi au départ, on était très motivées. Mais bon, on se rend compte que l’énergie nous rattrape, raconte la copropriétaire.

Marina Landry espère toujours qu’un potentiel acheteur se manifeste pour reprendre l’affaire. Elle lance particulièrement un appel aux plus jeunes, qui à l’aide de subventions, pourraient être intéressés à devenir entrepreneurs à Natashquan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !