•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de francophones est en hausse en Colombie-Britannique

Le drapeau illustré du cornouiller et de la fleur de lys flotte devant le bâtiment de l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique.

Le drapeau franco-colombien est hissé chaque année pour la Journée de la Francophonie en Colombie-Britannique.

Photo : Gouvernement de la Colombie-Britannique

De plus en plus de Britanno-Colombiens parlent français, indiquent les données du recensement 2021 publiées mercredi par Statistique Canada. Cependant, le poids démographique des francophones, lui, a diminué dans la province depuis 2016.

De 2016 à 2021, le nombre de Canadiens qui parlent français de façon prédominante à la maison a augmenté au Québec, en Colombie-Britannique et au Yukon, mais a diminué dans les autres provinces et territoires, indique Statistique Canada.

Pour la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), Liane Roy, la nouvelle d’une avancée du français dans l’Ouest est réjouissante, bien qu’elle reconnaisse qu’il y a encore beaucoup de travail à faire à l’échelle du pays.

À part les bonnes nouvelles de la Colombie-Britannique et du Yukon, rien de ce qu’on a vu aujourd’hui n’était inévitable. On aurait pu prévenir la diminution du poids démographique si on avait respecté les cibles en immigration francophone, soutient-elle.

En considérant la proportion de Britanno-Colombiens qui parlent principalement français à la maison dans l’ensemble de la population en 2016 et 2021, la province accuse un recul de 0,1 point de pourcentage, ce qui est comparable au recul enregistré en Saskatchewan.

À l’échelle du pays, seul le Yukon cumule à la fois une augmentation du nombre de francophones sur son territoire, mais également un poids démographique plus important de ces derniers.

De nos jours au Canada, que ce soit le Canada anglophone ou francophone, un des seuls moyens d’aller chercher une augmentation en poids démographique, c’est via l’immigration parce qu’avec les taux de natalité que nous avons ici, ce n’est pas assez, explique d’ailleurs Liane Roy.

Une plus grande connaissance du français

En Colombie-Britannique comme dans le reste du Canada, le nombre de personnes ayant une connaissance du français a considérablement augmenté entre 2016 et 2021, selon les plus récentes données du recensement.

Pour le directeur général de la branche britanno-colombienne et yukonaise du réseau Canadian Parents for French, Jason Howe, cela démontre l’importance des écoles d’immersion française au pays.

Il y a une grande demande pour le français, ici, en Colombie-Britannique. On sait qu’il y a beaucoup d'avantages à apprendre une deuxième langue, dit-il.

Il déplore toutefois le manque de places dans ces écoles pour accueillir de nouveaux jeunes qui désirent apprendre le français, de même que la pénurie d’enseignants bilingues qui menace les classes d’immersion.

Je pense que notre gouvernement et notre pays doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour aider ceux qui veulent apprendre le français à pouvoir le faire, souligne-t-il.

En 2021, en Colombie-Britannique, 326 865 personnes ont indiqué connaître à la fois le français et l’anglais, tandis que 1780 personnes affirment ne connaître que le français.

Avec des informations d'Adjata Camara

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !