•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée scolaire : plus d’achats de seconde main en raison de l’inflation

Photo extérieure de la façade de la Friperie de Rouyn-Noranda.

La Ressourcerie Bernard-Hamel, dont sa friperie, est un endroit assez populaire en vue de la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Marc-Olivier Thibault

La rentrée scolaire est à nos portes et de nombreux parents de l'Abitibi-Témiscamingue se tournent vers les centres familiaux pour équiper leurs enfants pour la prochaine année scolaire.

Avec le coût de la vie qui augmente, plusieurs familles tentent de faire des économies en achetant du matériel seconde main.

Soulé Nejimbouom achète les vêtements et le matériel scolaire de ses enfants à la Ressourcerie Bernard-Hamel de Rouyn-Noranda, puisqu'il estime que c'est trop cher d'acheter neuf.

« Parce que ce que je trouve ici, avec le prix, comparativement aux magasins propriétaires de marques, ça n'a pas de balance. C'est beaucoup moins cher, 10 fois moins cher, que dans les surfaces concernées », fait-il observer.

Photo intérieure de la Friperie de Rouyn-Noranda, avec de nombreux vêtements sur des supports.

Des produits de toutes sortes, dont des vêtements, ont la cote à la Ressourcerie Bernard-Hamel dans le magasinage de la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Achalandage accru

Au Service scolaire de Rouyn-Noranda, la facture est à la hausse de 5 % cette année en raison de problèmes d'approvisionnement.

Cette hausse de prix du matériel neuf pourrait expliquer un achalandage accru dans les boutiques seconde main. C'est ce que croit Nicole Cossette, de la Petite Boutique d'Amos.

Les magasins vendent pas mal plus cher, c'est normal, c'est du neuf et les clients veulent récupérer, ils sont soucieux de l'environnement. Les choses que l'on ne vendait pas, comme les cartables, ça sort beaucoup maintenant alors que ça ne partait pas avant, souligne-t-elle.

Économies substantielles

Certains parents sont des habitués du seconde main pour la rentrée.

C'est le cas de Sonia Laprise, qui va à la Ressourcerie depuis 11 ans à chaque année pour préparer ses filles à l'année scolaire.

On trouve de belles choses, ça permet de réutiliser et on redonne des vêtements à la friperie. Les économies sont substantielles, surtout à la vitesse que les enfants grandissent, mentionne-t-elle.

De son côté, le Service d'entraide familiale de Val-d'Or offre à des familles dans le besoin des certificats allant jusqu'à 125$ pour l'achat de matériel scolaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !