•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glissements de terrain : des Trifluviens sonnent l’alarme

Pierre-Léon Trempe et Annie Bourassa sont sur une plage en bordure de rivière.

Pierre-Léon Trempe et Annie Bourassa résident sur la rue des Berges, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Des riverains de la rivière Saint-Maurice craignent qu’un glissement de terrain survienne sur la rue des Berges à Trois-Rivières. Après avoir vu une portion du boulevard des Estacades s’affaisser au début du mois d’août, les résidents du quartier de Normanville pressent la Ville d’agir avant qu’une catastrophe se reproduise de l’autre côté de la rivière. 

Ce n’est pas qu'une préoccupation, c'est une certitude que ça va se produire s'il n'y a rien qui est fait , met en garde Pierre-Léon Trempe, rencontré devant sa propriété.

L’homme pointe l’apparition dans l'asphalte de stries parallèles à la rivière. Plus loin, une bosse déforme l’entrée de son garage. Pierre-Léon Trempe voit dans l’usure avancée de la chaussée l’un des signes précurseurs d’un glissement de terrain.

Je pourrais vous montrer plusieurs signes de glissement actuel. Si vous regardez la base des arbres, elle est toute érodée , ajoute-t-il, au sujet de la bande riveraine qui sépare les résidents de la rivière Saint-Maurice.

Le secteur est considéré comme une zone potentiellement exposée aux glissements de terrain , selon Données Québec.

Une carte de la ville de Trois-Rivières comporte des zones identifiées en rouge.

Un tronçon de la rue des Berges est considéré à risque de glissement de terrain, selon Données Québec.

Photo : Données Québec

L'été dernier, un glissement de terrain est survenu entre le boulevard des Chenaux et la rue des Berges. L’événement survenu au Cap-de-la-Madeleine, cet été, a ravivé les préoccupations des citoyens.

Nos maisons tiennent vraiment par la bande riveraine. C'est une bande qui est très mince. Après il y a la rue, et nos maisons. C’est sûr que c'est une préoccupation qui est forte présentement , confie Annie Bourassa, dont la maison avoisine celle de Pierre-Léon Trempe.

Une pancarte qui dit érosion avec un point d'exclamation sur le bord de la rivière Saint-Maurice.

Des citoyens sont inquiets de l'érosion des berges de la rivière Saint-Maurice à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Trois-Rivières dit entendre ces préoccupations citoyennes, et confirme que sa Direction du génie se penchera sur la situation. Elle dispose d’un budget annuel de 250 000 $ pour réaliser des travaux de stabilisation des sols, mais il est trop tôt pour savoir si des sommes seront allouées au secteur.

Au moment d’écrire ces lignes, il nous est toutefois impossible de dire avec précision quelles actions seront posées et à quelle date , rapporte sa direction des communications.

La Ville devra agir rapidement, rétorque Pierre-Léon Trempe. On pense qu'on ne peut pas retarder indûment les travaux de soutènement. Quand je dis retarder indûment, je dirais dans les prochaines années, pas dans 10 ans ou 20 ans.

Avec les informations de Coralie Laplante

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !