•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commissaire à l’intégrité de Toronto abandonne son enquête sur le maire John Tory

Un homme en costume

L'enquête visait le maire de Toronto, John Tory. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le commissaire à l'intégrité de la Ville de Toronto abandonne son enquête visant à déterminer si le maire John Tory a enfreint les règles municipales en matière de conflits d'intérêts lorsqu'il a voté en faveur de la réduction du programme ActiveTO en juin.

Les liens entre John Tory et Rogers Communications étaient sous la loupe du commissaire. Un activiste local, Adam Chaleff, avait déposé une plainte en ce sens il y a près d’un mois.

Le commissaire Jonathan Batty a informé M. Chaleff mercredi qu'il n'aura pas assez de temps pour terminer son enquête avant la date limite du 19 août.

Cette date représente le dernier jour où les candidats peuvent s'inscrire pour se présenter aux élections municipales de 2022, qui auront lieu en octobre. C’est à ce jour que toutes les enquêtes du commissaire à l'intégrité doivent prendre fin.

Il n'est tout simplement pas possible de recueillir toutes les preuves nécessaires, d'effectuer l'analyse requise, de formuler mes conclusions et de faire rapport aux parties avant le 19 août 2022, a écrit M. Batty dans une lettre à M. Chaleff obtenue par CBC Toronto.

Il est regrettable que j'aie reçu cette demande plus de cinq semaines après les événements en question.

La plainte de M. Chaleff, déposée le 22 juillet, découle d'une demande écrite cet été du PDG des Blue Jays de Toronto, Mark Shapiro, qui visait à mettre fin aux fermetures de la circulation automobile causées par ActiveTO sur le boulevard Lake Shore. Il se plaignait que ces fermetures rendaient plus difficile l'accès des amateurs aux matchs des Jays.

Rogers est propriétaire des Blue Jays. M. Tory est un actionnaire de Rogers et membre du conseil de la fiducie de contrôle de Rogers - un rôle rémunéré.

M. Tory a choisi de voter en faveur de l'annulation des fermetures à la mi-juin, ce qui a réduit le programme, au lieu de se récuser en raison de ses liens avec le géant des télécommunications.

M. Batty affirme que, bien qu'il ait passé les trois dernières semaines à recueillir des preuves et à mener des entrevues, il n'a pas déterminé dans un sens ou dans l'autre si M. Tory a enfreint ou non la Loi sur les conflits d'intérêts municipaux.

Le bureau du maire Tory a déjà nié les allégations et l'a fait à nouveau mercredi dans une déclaration écrite à CBC News.

Le dossier du maire Tory en matière d'intégrité parle de lui-même, et le moment où cette plainte a été déposée est certainement révélateur, peut-on lire dans la déclaration du porte-parole Lawvin Hadisi.

Le maire a pleinement coopéré avec l'examen du commissaire à l'intégrité, et est très confiant d'avoir respecté la loi et d'avoir agi de manière appropriée et de bonne foi dans ce dossier.

M. Batty précise qu’il pourrait reprendre son enquête dans les six semaines suivant le jour du vote, le 24 octobre, si quelqu’un en faisait la demande.

M. Chaleff a confirmé à CBC qu’il allait faire cette demande.

Bien que je sois déçu que les électeurs ne connaissent pas le résultat de cette enquête avant de voter, j'apprécie les efforts du commissaire à l'intégrité pour mener une enquête complète, équitable et rapide sur le conflit d'intérêts apparent du maire Tory, a écrit M. Chaleff.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !