•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario permet aux ambulanciers d’emmener les patients ailleurs qu'à l'urgence

La solliciteure générale de l'Ontario, Sylvia Jones, en conférence de presse.

La ministre de la Santé, Sylvia Jones, affirme que le programme sera élargi. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le gouvernement élargira un programme qui permet aux ambulanciers paramédicaux d'éviter d'emmener les patients aux urgences à chaque appel, dans le cadre d'un plan de « stabilité et de rétablissement du système de santé » qui sera dévoilé cette semaine.

C’est ce qu’a déclaré la ministre de la Santé de l'Ontario, Sylvia Jones. La ministre a fait ces remarques lors d'un discours prononcé mercredi à la conférence de l'Association des municipalités de l'Ontario à Ottawa.

Il n'y a pas de solutions faciles, mais des mesures audacieuses et novatrices sont nécessaires pour améliorer les soins aux patients, a déclaré Mme Jones.

Nous ne pouvons plus rester les bras croisés et soutenir un statu quo, a-t-elle déclaré.

La première phase de ce projet pilote a été lancée en 2020 avec des programmes dans plus de 40 municipalités qui permettent aux ambulanciers d'emmener les patients ailleurs qu’aux urgences, comme dans un établissement de santé mentale, ou même de les traiter sur place.

Selon Mme Jones, les patients qui ont été traités grâce à ce programme accèdent aux soins 17 fois plus rapidement. De plus, 94 % d'entre eux n’ont pas eu à se rendre aux urgences dans les quelques jours qui ont suivi, toujours selon Mme Jones.

Ces projets novateurs permettent aux gens, y compris les patients en soins palliatifs et ceux qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, de recevoir des soins plus appropriés à la maison ou dans la communauté, évitant ainsi une visite aux urgences, a-t-elle déclaré.

Mme Jones affirme que ce projet sera étendu à d'autres municipalités. Or, elle n’a pas précisé où ni dans combien de municipalités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !