•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Paroisse de Plessisville victime d’une cyberattaque

Il se tient devant l'hôtel de Ville.

La Paroisse de Plessisville et son maire, Jean-François Labbé, demandent aux citoyens et au personnel de rester aux aguets. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

La Paroisse de Plessisville dit avoir découvert qu'elle avait été victime d’un incident de cybersécurité le 27 juin dernier. 

Les renseignements personnels de certains citoyens et employés pourraient avoir été touchés, même si rien ne le démontre pour le moment, selon la municipalité. Les personnes potentiellement concernées ont été contactées directement par la Paroisse.

L’organisation municipale affirme avoir tout fait en son pouvoir pour limiter les impacts de cet incident et porté plainte aux autorités compétentes.

« La municipalité a réagi rapidement à l'incident en fermant l'accès à ses systèmes afin de minimiser tout impact et de maintenir leur l'intégrité. Elle a immédiatement fait appel à une équipe d'experts pour enquêter sur l'incident. »

— Une citation de  La Paroisse de Plessisville, dans un communiqué

La municipalité et son maire, Jean-François Labbé, demandent à la population de rester aux aguets. Les citoyens sont notamment invités à surveiller leurs comptes bancaires, à changer leurs mots de passe pour leurs comptes en ligne et à éviter d’ouvrir tout fichier provenant de courriels suspects.

L'enquête sur l'incident devrait durer encore quelques semaines.

La Paroisse de Plessisville précise qu'il s'agit du deuxième incident de cybersécurité dont la municipalité est victime en moins de huit mois. Aucun renseignement personnel n'avait toutefois été touché lors du premier incident.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !