•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles accusations de meurtre contre Brian Nadler

Brian Nadler sourit pour la photo lors d'une randonnée en montagne avec un sac à dos.

Médecin à l’Hôpital général de Hawkesbury, le Dr Brian Nadler, originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été placé en détention (archives).

Photo : Linkedin/Brian Nadler

Radio-Canada

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) a déposé trois nouvelles accusations de meurtre au premier degré contre le Dr Brian Nadler, un ancien médecin de l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH), en rapport avec les décès de trois patients.

Le suspect de 36 ans était déjà visé par une autre accusation de meurtre prémédité déposée contre lui en mars 2021. Il était accusé du meurtre au premier degré d’Albert Poidinger, 89 ans, un patient qu'il avait sous sa responsabilité à l’HGH.

Correctif :

Dans une version précédente de ce texte, il était indiqué que le suspect, Brian Nadler, était âgé de 35 ans, selon l'information transmise par la police. Or, selon des documents judiciaires, il est plutôt âgé de 36 ans.

Les trois nouvelles victimes sont Claire Brière, 80 ans, de Rigaud, au Québec, Lorraine Lalande, 79 ans, de Hawkesbury, et Judith Lungulescu, 93 ans, de Hawkesbury Est, indique la PPO.

L’HGH collabore entièrement à l’enquête et aux procédures judiciaires qui sont initiées, assure l’établissement dans un communiqué. Tous les services et programmes restent pleinement opérationnels et l’HGH assure à la population locale que les soins aux patients sont prodigués dans un environnement hospitalier sûr, sécuritaire et axé sur la qualité.

C'est une enquête extrêmement complexe. Les enquêteurs ont dû travailler à travers plusieurs dossiers, plusieurs indices avant de pouvoir déposer des accusations, a expliqué Kenneth Gray, porte-parole de la PPO, en entrevue avec Radio-Canada.

L’enquête de la PPO à l’endroit du Dr Nadler se poursuit. Elle porte sur le décès d’au moins cinq patients atteints de la COVID-19 à l’Hôpital général de Hawkesbury en 2021.

En avril de la même année, la police avait déclaré que des autopsies avaient été effectuées sur plusieurs personnes, sans en préciser le nombre, mais que l’analyse et les rapports de toxicologie pourraient prendre plusieurs mois avant d’être terminés.

Des médicaments utilisés pour traiter les patients atteints de la COVID-19 à l'Hôpital de Hawkesbury faisaient partie des objets de l'enquête pour meurtre à laquelle fait face le Dr Nadler, avait appris CBC News.

Le devanture de l'Hôpital.

L'Hôpital général de Hawkesbury (archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Libéré sous caution

Brian Nadler a été arrêté mercredi en rapport avec les décès de ces trois patients, mais il a été libéré sous caution lors de sa comparution la même journée.

L'ancien médecin a déjà passé quelques mois en prison l’année dernière puis a été libéré sous caution en juillet 2021. Dans le cadre de ses conditions de remise en liberté, M. Nadler devait demeurer au Canada et rester à l'adresse approuvée par sa caution. Il ne pouvait pas non plus pratiquer la médecine ni contacter le personnel, les patients ou les proches traités à l'HGH.

Ses avocats ont confirmé que M. Nadler a été relâché sous les mêmes conditions mercredi. Il devrait être de retour devant de tribunal le 7 septembre.

Les allégations contre le Dr Nadler seront vigoureusement défendues. Les quatre patients sont décédés de la COVID-19 et le Dr Nadler a prodigué d’excellents soins palliatifs, clame l’équipe d’avocats de Brian Nadler du bureau Greenspan Humphrey Weinstein LLP. Quand les faits seront pleinement présentés, nous sommes convaincus qu’il sera innocenté.

En mars 2021, l'Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario avait suspendu le permis du Dr Brian Nadler. D’ailleurs, l’ancien médecin figure toujours sur la liste des professionnels suspendus à ce jour.

Avec les informations de CBC et Denis Babin

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.