•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies à 10 $ : l’Ontario repousse la date limite d’inscription au programme

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

Plusieurs garderies de la province ne sont pas inscrites au programme. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'Ontario repousse la date limite d'inscription des garderies au programme de services de garde à 10 $ par jour et normalise le processus dans l'espoir d'inciter davantage de fournisseurs à s'inscrire.

La date limite est reportée du 1er septembre au 1er novembre afin de donner davantage de temps aux directions des garderies admissibles pour prendre leur décision et afin de s'assurer qu'un plus grand nombre de parents puissent réaliser des économies.

C'est ce qu'a confirmé le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en mêlée de presse mercredi.

Stephen Lecce en mêlée de presse à Queen's Park.

Stephen Lecce a confirmé la nouvelle mercredi.

Photo : Radio-Canada

Nous suivons les recommandations des exploitants de services de garde d'enfants – en grande majorité des femmes chefs d'entreprise – qui nous ont dit : "Donnez-nous plus de temps pour y adhérer", a-t-il déclaré.

Nous pensons qu'un délai supplémentaire associé à un processus de demande simplifié [...] fera avancer les choses et encouragera une plus grande participation, en particulier de la part des exploitants de services de garde à but lucratif.

Plusieurs propriétaires et membres de la direction de nombreuses garderies, en particulier celles à but lucratif, ont dit qu'ils voulaient s'inscrire afin d'accorder des remises aux parents mais qu'ils hésitaient quant aux conséquences pour leur entreprise et qu'ils s'inquiétaient du fait que chaque municipalité a un processus différent, selon La Presse canadienne.

De son côté, le chef intérimaire du NPD – l'opposition officielle à Queen's Park –, Peter Tabuns, a déclaré que le gouvernement gère mal cette affaire. Je pense que [cette nouvelle prolongation] est un aveu qu'ils n'ont pas donné assez de temps. C'est aussi la preuve qu'ils ont mal géré l'ensemble du processus. Les parents souffrent beaucoup, tout le monde le sait, a-t-il déclaré, lui aussi en mêlée de presse, mercredi.

Les garderies qui ont déjà choisi de ne pas participer au programme pourront réévaluer leur décision à la lumière des changements et y participer s'ils le souhaitent.

Le ministre de l'Éducation a précisé que malgré le report de l'échéance, les parents réaliseront des économies de 50 % en moyenne d'ici le 31 décembre, comme prévu initialement.

Divergences

Le taux de participation varie considérablement d'une municipalité à l'autre. Dans certaines régions, notamment les plus petites, tous les exploitants ou presque ont présenté une demande, tandis que dans d'autres régions, moins de la moitié des exploitants ont présenté une demande jusqu'à présent.

À Toronto, la plus grande région ontarienne, 587 garderies agréées sur un total de 1042 ont fait une demande d'adhésion – et 32 ont choisi de ne pas participer –, bien que le pourcentage d'exploitants de services de garde à but lucratif qui ont fait une demande soit beaucoup plus faible que celui des exploitants de services de garde sans but lucratif.

Environ un tiers des garderies à but lucratif admissibles ont déjà présenté une demande, contre deux tiers des garderies sans but lucratif. On dénombre 19 centres à but lucratif qui ont décidé de s'abstenir et 13 centres sans but lucratif qui ont fait le même choix.

La région de York a reçu 240 demandes d'adhésion sur ses 557 fournisseurs, bien que le pourcentage de centres à but lucratif soit plus élevé que celui de centres sans but lucratif.

Entre-temps, dans des municipalités comme Manitoulin-Sudbury et Kawartha Lakes, tous les exploitants ont présenté une demande ou ont indiqué qu'ils le feraient. À Thunder Bay, 18 des 21 exploitants ont présenté une demande ou ont indiqué qu'ils le feraient.

Dans la région de Peel, à l'ouest de Toronto, la majorité des exploitants ont exprimé leur intérêt à participer au programme, mais certains se plaignent du processus, qui leur demande de soumettre une déclaration d'intérêt avant d'obtenir des détails.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !