•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étalement urbain : Moncton va à l’encontre de sa politique pour 2 projets immobiliers

L'hôtel de ville.

Deux projets qui ne cadrent pas dans la politique municipale de Moncton contre l'étalement urbain viennent de franchir une étape au conseil municipal. Ci-dessus : l'hôtel de ville de Moncton (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

La majorité des conseillers municipaux de Moncton a écarté les recommandations du personnel et la politique municipale contre l’étalement urbain en votant pour que deux projets de construction le long de la promenade Elmwood passent à la prochaine étape du processus.

Aucun des deux votes ne constitue l’approbation définitive de ces projets, mais c’est un signe que les conseillers municipaux pourraient les approuver prochainement.

Les fonctionnaires municipaux ont recommandé de rejeter ces projets en expliquant qu’ils contreviennent aussi au plan de réduction des émissions à l'échelle communautaire adopté par le conseil le mois dernier.

Le conseiller Shawn Crossman, qui représente ce secteur, a voté pour les projets. Il souhaite qu’ils soient réalisés aujourd’hui. Il affirme que les constructeurs veulent investir maintenant et non dans 20 ans.

La première proposition, de l’entreprise ELCE Developments, est un quartier appelé Eastgate Village et qui comprendrait 956 logements, une école privée, une garderie et un marché. Le tout serait construit sur une terre majoritairement boisée d’environ 145 acres à l’ouest de la promenade Elmwood.

Illustration d'une rangée de maisons, d'un édifice et d'un immeuble.

Schéma du projet Eastgate Village de l'entreprise ELCE Developments à Moncton.

Photo : ELCE Developments

Le deuxième projet, du propriétaire foncier Harry Wynberg Jr., comprend la construction d’un nombre indéterminé de maisons sur 39 acres à l’est de la même rue.

Les deux projets exigent que Moncton élargisse la zone urbaine desservie par ses conduites d’eau et d’égouts. La limite de cette zone est établie dans un plan de la Municipalité pour dissuader l’étalement urbain.

Le directeur de l’urbanisme, Bill Budd, qualifie les projets de prématurés. Il explique qu’une étude des transports pour la promenade Elmwood va bientôt commencer et qu’un nouveau plan d’urbanisme pour l’ensemble de la municipalité doit être achevé l’an prochain.

Selon lui, l’étude estime déjà qu’il y a suffisamment d’espace dans la zone urbaine actuelle pour la construction de 16 100 logements, ce qui devrait suffire pour répondre aux besoins durant les 25 prochaines années.

Carte géographique du secteur de la promenade Elmwood à Moncton.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le projet Eastgate Village, dans l’espace délimité en rouge ci-dessus, exigerait que Moncton élargisse sa zone urbaine, qu est délimitée en orange. Le parc naturel d’Irishtown apparaît en vert.

Photo : Ville de Moncton

Bill Budd ajoute que Moncton a dépensé des millions de dollars pour ses infrastructures afin de desservir des secteurs de la zone urbaine qui ne sont pas encore complètement aménagés. La construction de ces quartiers, dit-il, ne sera jamais terminée si l’on continue d’élargir la zone urbaine.

Selon une étude présentée aux conseillers, l’impôt foncier sur le projet Eastgate apporterait des revenus d’environ 2 millions de dollars par année sur 25 ans. Bill Budd souligne cependant que cela ne tient pas compte du coût des infrastructures municipales qui devraient être construites ou améliorées pour accommoder ces projets.

À l’encontre de la politique municipale

La mairesse, Dawn Arnold, a voté contre les deux projets en expliquant qu’ils vont à l’encontre de la politique municipale.

Cette politique prévoit qu’en cas d'agrandissement de la zone urbaine, il faut au moins 12 logements par acre, alors que le projet Eastgate n’en prévoit que 7,3 par acre, en excluant l’école privée.

Mme Arnold et certains conseillers municipaux estiment que l’appui accordé à ces projets envoie un mauvais signal aux promoteurs qui travaillent sur d’autres projets à l’intérieur de la zone urbaine.

Les conseillers Shawn Crossman, Paulette Thériault, Daniel Bourgeois, Marty Kingston, Dave Steeves et Paul Richard, ainsi que le maire adjoint, Bryan Butler, ont voté pour que les projets passent à l’étape suivante.

Le comité consultatif d’urbanisme va se pencher sur les projets le 28 septembre. Des audiences publiques auront lieu le 17 octobre. Elles pourraient être suivies d’un vote définitif du conseil municipal.

D’après un reportage de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !