•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fuite de monoxyde de carbone force l’évacuation de trois maisons à Sherbrooke

Des pompiers discutent devant une résidence.

Les pompiers ont visité une quarantaine de résidences qui auraient pu être touchées par la fuite.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Prieur

Radio-Canada

Des travaux de dynamitage effectués mercredi sur la rue Caen à Sherbrooke ont causé une fuite de monoxyde de carbone dans le secteur, forçant les pompiers à ordonner l'évacuation de trois résidences.

Deux d'entre elles l'ont été par mesure préventive, et les citoyens ont rapidement pu regagner leur domicile. La présence d'une quantité importante de monoxyde de carbone a cependant été observée dans une autre résidence, à l'intérieur de laquelle les pompiers ont dû intervenir. Personne n'a toutefois été incommodé par le gaz.

On a eu une alarme qui a été déclenchée par un détecteur de monoxyde de carbone à la suite du dynamitage. Il y a une reconstruction de rue dans le secteur, qui a nécessité ces travaux, et il semble y avoir eu une infiltration de ce gaz dans une résidence de la rue Caen, a expliqué le directeur du Service de protection contre les incendies (SPCIS) et coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.

Rapidement, les pompiers ont mis en place un périmètre de sécurité entourant une quarantaine de résidences du secteur. Ces maisons ont tour à tour été visitées par les services d'urgence, qui se sont assurés qu'elles n'avaient subi aucune infiltration.

On a mis une procédure en place [il y a deux ans], parce qu'on avait plusieurs incidents liés au monoxyde et c'est un gaz dangereux pour les citoyens. On est bien contents ce matin, parce que cette procédure a prouvé son efficacité, a mentionné M. Simoneau.

Ce dernier précise que les propriétaires concernées recevront à nouveau la visite des pompiers, mercredi après-midi, pour mesurer une deuxième fois le taux de monoxyde de carbone à l'intérieur de leur résidence.

Un véhicule de sécurité incendie stationné à proximité d'un chantier de construction sur la rue Caen.

C'est à la suite de travaux de dynamitage sur la rue Caen que la fuite est survenue.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Prieur

Des outils à la disposition des citoyens

La Ville a récemment mis en ligne une carte interactive pour informer davantage les citoyens sur les travaux de dynamitage réalisés dans leur secteur.

La carte interactive des travaux de dynamitage sur le territoire sherbrookois.

La carte interactive est accessible au sherbrooke.ca/dynamitage.

Photo :  Capture d’écran

Souvent, on recevait des questions sur ce qu'il faut faire, sur les dangers et sur le monoxyde de carbone en général, parce que c'est une substance méconnue pour plusieurs. Les citoyens peuvent donc consulter la carte lorsqu'ils ont un doute. Ils y trouveront tous les détails sur les périmètres de sécurité, l'identité de l'entrepreneur et ses obligations, a expliqué le directeur du SPCIS.

« C'est un outil qu'on veut développer pour augmenter la sécurité des citoyens. »

— Une citation de  Stéphane Simoneau, directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke

Stéphane Simoneau ajoute que les entrepreneurs qui souhaitent faire du dynamitage pendant leurs travaux ont plusieurs obligations à respecter. Parmi elles : remettre, à leurs frais, un détecteur de monoxyde de carbone aux propriétaires des résidences environnantes.

Ils doivent aussi informer les citoyens sur les dangers et la durée des travaux. Il n'y a pas juste le monoxyde, il y a aussi d'autres dangers. La fracture du roc peut entraîner des vibrations et même des projections de roc. C'est toute une série de mesures que l'entrepreneur doit prendre.

« On les oblige à avoir une certaine relation avec les citoyens. C'est souvent là, le problème. Les gens ne sont pas au courant et ça crée toute l'insécurité. »

— Une citation de  Stéphane Simoneau, directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke

Lorsqu'une infiltration de monoxyde de carbone survient dans une résidence, il y a d'abord une évacuation, puis une évaluation de l'état de santé des résidents.

Par la suite, les pompiers font une lecture, avec un système de détection plus poussé, pour mesurer le niveau exact du monoxyde à l'intérieur. Ils cherchent la source de l'infiltration, qui est le sous-sol dans les cas de dynamitage. Finalement, ils cherchent à ventiler et à faire des travaux avec l'entrepreneur à l'extérieur pour libérer la pression du gaz qui cherche à s'infiltrer dans les résidences, a souligné le directeur du SPCIS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !