•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestante blessée au visage : le policier Charles-Scott Simard blanchi

Intervention policière lors d'une manifestation étudiante à Québec (archives).

Intervention policière lors d'une manifestation étudiante à Québec (archives)

Photo : Romane Frachon

Le policier qui a atteint une jeune femme au visage en tirant un gaz lacrymogène lors d'une manifestation étudiante, en mars 2015, vient d'être blanchi par le Comité de déontologie policière.

Le Comité conclut que l'agent Charles-Scott Simard, du Service de police de la Ville de Québec, n'a pas dérogé à son Code de conduite.

Le commissaire à la déontologie lui reprochait d'avoir utilisé un fusil à irritant chimique sans faire preuve de discernement et de prudence.

L'agent Charles-Scott Simard accompagné de son avocat, Robert DeBlois.

L'agent Charles-Scott Simard accompagné de son avocat, Robert DeBlois, en septembre 2017

Photo : Radio-Canada

Après avoir pris connaissance de la preuve, la juge administrative Sylvie Séguin n'est pas de cet avis.

La preuve révèle que, au moment où l’agent Simard tire une cartouche de gaz irritant durant la manifestation, il ignore que le tir à courte distance comporte un risque de blessure, écrit-elle dans sa décision.

Lors des audiences, il a été démontré que la formation reçue par l'agent ne faisait pas état des risques reliés aux tirs à courte distance avec ce type d'arme.

« Même en considérant que l’agent Simard aurait tiré trop haut ou de trop près, les règles de prudence dans le maniement de l’arme connue au 26 mars 2015 sont respectées et l’agent n’a pas manqué de discernement lorsqu’il a tiré. »

— Une citation de  Extrait de la décision de la juge Sylvie Séguin

L'agent Simard avait d'abord été reconnu coupable de l'infraction, en décembre 2017, en plus de se voir imposer une suspension de deux jours.

La Cour du Québec a cependant cassé le verdict de culpabilité, ce qui a permis à l'agent Simard d'avoir une nouvelle audience devant le Comité de déontologie policière.

Naomie Tremblay-Trudeau avait été blessée au visage après avoir reçu des éclats de cartouche lors d'une manifestation en mars 2015, devant l'édifice de l'Assemblée nationale.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.