•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude et inquiétude à Bathurst après l’arrêt de la production à la mine Caribou

Enseigne de la mine Caribou.

L'entreprise Trevali cesse l'extraction de minerai à la mine Caribou jusqu'à nouvel ordre.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

La société mère de la mine Caribou, Trevali Mining Corporation, a confirmé à Radio-Canada Acadie qu'elle suspend l'extraction de minerai dans ses installations situées près de Bathurst.

Le directeur des relations avec les investisseurs de l'entreprise, Jason Mercier, indique par courriel que l'extraction est suspendue en attendant que l'entreprise effectue un examen des activités de la mine.

L'examen en question a été annoncé mardi et vise à déterminer ce que Trevali fera de cet actif qui a un faible taux de productivité.

Un nombre limité d'employés vont continuer de travailler sur place. L'entreprise n'a pas précisé combien de personnes sont mises à pied. Aux dernières nouvelles, plus de 200 personnes y travaillaient.

Trevali Mining Corporation, basée à Vancouver, traverse une période trouble et fait face à d'importantes difficultés financières.

Elle a dévoilé mardi, dans un rapport financier, qu'elle a perdu des dizaines de millions de dollars au cours du deuxième trimestre de 2022.

Cette situation s'explique entre autres par la productivité de la mine Caribou ainsi qu'à un arrêt de production qui dure depuis avril dernier à sa mine de Perkoa, au Burkina Faso. L'arrêt a été causé par des inondations qui ont coûté la vie à huit mineurs.

Trevali a aussi annoncé mardi qu'elle manque de liquidités et qu'elle est incapable de faire un paiement de 7,5 millions $ US à ses créanciers. Ce paiement obligatoire était prévu pour le 17 août.

Les investisseurs n'ont pas réagi favorablement à ces informations. L'action de Trevali n'a pas tardé à plonger à la Bourse de Toronto. Elle a perdu la moitié de sa valeur mardi.

Incertitude et inquiétude dans la région de Bathurst

La mairesse de Bathurst, Kim Chamberlain, a réagi à la nouvelle par voie de communiqué. Elle s'est dite grandement préoccupée par ce qui se passe à la mine Caribou.

Avoir un nombre aussi élevé de travailleurs et travailleuses qui, du jour au lendemain, se retrouvent sans emploi, et ce sans avoir une idée précise des perspectives d'avenir de ce site est des plus inquiétants, a-t-elle affirmé.

Kim Chamberlain en entrevue à l'extérieur.

Kim Chamberlain, mairesse de Bathurst (archives)

Photo : Radio-Canada

Elle note que ce n'est pas la première fois que cela se produit. La mine a en effet cessé sa production plusieurs fois au cours des dernières années. Cela s'est passé récemment, de mars 2020 à février 2021.

Kim Chamberlain affirme que les gens de la région ont fait preuve de résilience lors des dernières fermetures, mais trouve perturbant que les employés touchés devront une fois de plus trouver d'autres moyens de subvenir à leurs besoins.

Comme tout le monde, nous attendons avec impatience des informations plus détaillées sur les raisons pour lesquelles la mine Trevali Caribou a suspendu ses opérations et sur ce que l'avenir réserve à cette entreprise dans le nord du Nouveau-Brunswick, ajoute-t-elle.

Radio-Canada Acadie a demandé une entrevue à la mairesse de Bathurst, mais elle n'était pas disponible.

René Legacy dans un stationnement.

René Legacy, député libéral de Bathurst-Ouest-Beresford (archives)

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Le député provincial de Bathurst-Ouest-Beresford, le libéral René Legacy, dit aussi penser aux gens qui viennent d'être mis à pied ainsi qu'à leurs familles. Ces gens ne s'y attendaient probablement pas, dit-il.

« C’est sûr que ce n’est pas facile pour eux. Et surtout dans le fait qu’on n’a pas beaucoup d’informations. Donc ça cause énormément d’incertitudes. Je pense que c’est pire. Est-ce qu’on commence une recherche d’emploi? Est-ce qu’on attend pour savoir qu’on rouvre? »

— Une citation de  René Legacy, député provincial de Bathurst-Ouest-Beresford

Cet élu dit avoir parlé à des fournisseurs de la mine Caribou qui se demandent ce qui va se passer. Il affirme que ces entrepreneurs de la région lui ont fait part de leurs inquiétudes.

Ils ont des recevables, certains pour des montants appréciables. Est-ce qu’ils vont être payés? Est-ce qu’ils doivent se préparer en conséquence pour des pertes? C’est ce genre de questions que l’incertitude apporte dans la région, a dit René Legacy.

« Des nouvelles décevantes », dit le ministre

Le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie, Mike Holland, a lui aussi été pris de court par l'arrêt de la production. Et comme bien des gens, il a de nombreuses questions sur cette situation qu'il qualifie de préoccupante.

Ce sont certainement des nouvelles décevantes. [...] Nous n’avons pas toute l’information, mais nous allons faire des contacts pour savoir l’ampleur des défis et qu’est-ce que tout cela veut dire pour les opérations (de la mine), a-t-il dit en entrevue avec Radio-Canada Acadie.

Le ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder, affirme qu'il suit lui aussi le dossier de près.

À titre de ministre du Travail, ma première priorité, c’est le personnel touché. Nous allons traiter cette situation comme nous traitons toutes les situations. La situation de Glencore il y a une couple d’années est un bon exemple, a-t-il dit en entrevue.

En 2019, la fonderie Brunswick de l'entreprise Glencore a fermé ses portes à Belledune. Un coup dur pour la région qui avait entraîné la perte de centaines d'emplois. Trevor Holder affirme que le gouvernement s'est rendu sur le terrain rapidement à l'époque pour accompagner les travailleurs touchés.

C’est exactement ce que nous allons faire (dans le cas de la mine Caribou). Nous allons aussi travailler de concert avec Service Canada, a-t-il dit mercredi.

Ces ministres s'engagent aujourd'hui auprès des gens de la région de ne pas rester les bras croisés face à ce qui se produit à la mine Caribou.

Aujourd’hui, au nom du gouvernement du Nouveau-Brunswick, nous voulons dire clairement à la communauté et aux travailleurs que nous sommes là pour eux et que nous allons consacrer toutes les ressources nécessaires au cours des prochains jours pour s’assurer que l’on s’occupe des employés touchés, a dit Trevor Holder.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !