•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1012 lettres à Justin Trudeau pour dénoncer le projet de voie de contournement

Des rails de train près du centre-ville de Lac-Mégantic.

Des rails de train près du centre-ville de Lac-Mégantic

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

L'opposition au tracé de voie de contournement de Lac-Mégantic ne faiblit pas dans les municipalités de Nantes, Frontenac et Lac-Mégantic. Pour accentuer la pression sur le gouvernement canadien, 1012 lettres signées par des opposants ont été envoyées au premier ministre Justin Trudeau.

Selon le groupe, le projet ne bénéficie d'aucune acceptabilité sociale au sein de la communauté. Le résident de Nantes Sylvain Côté s'est exprimé sur le sujet au micro de Par ici l'info mercredi.

On demande à parler au gouvernement, et non à des fonctionnaires. C'est dommage, M. Trudeau est venu en Estrie il y a quelques semaines. Ça lui aurait fait quoi de venir nous parler, nous, les expropriés, pour savoir ce qu'on subit depuis quatre ans.

« On dirait qu'on s'enlise dans un dossier où on improvise au fur et à mesure. »

— Une citation de  Sylvain Côté, opposant au projet de voie de contournement de Lac-Mégantic
Yolande Boulanger devant un tas de lettres étendues sur une table.

Yolande Boulanger fait partie des signataires des 1012 lettres envoyées au premier ministre canadien.

Photo : Facebook/Yolande Boulanger

Des questions en suspens concernant un rapport d'impacts

Le rapport sur les impacts hydrologiques de la construction d'une voie de contournement à Lac-Mégantic a été envoyé récemment aux élus des municipalités concernées, dont le maire de Nantes, Daniel Gendron. Le document pourra être consulté par les citoyens à partir du 29 août, alors que s'amorceront les consultations publiques.

Nantes avait préalablement donné son accord au tracé de voie de contournement proposé. Le maire n'exclut toutefois pas de retirer cet accord s'il constate que la construction pourrait avoir des impacts négatifs sur sa municipalité.

C'est un rapport assez étoffé, assez complet, mais il y a quand même beaucoup de questions qui restent en suspens et on espère avoir des réponses le 24 août, lors de notre séance de travail avec Transports Canada, a souligné le maire Gendron à Par ici l'info. Sur notre territoire, on nous avait dit qu'il n'y avait aucun problème potentiel, sauf qu'on a soulevé des questions.

Même s'il ne pouvait pas discuter des détails du rapport d'impacts, Daniel Gendron était prêt à répondre aux interrogations de ses citoyens mardi soir, lors d'une séance du conseil municipal de Nantes.

J'avais préparé des documents à remettre à la population concernant des demandes que nous avons faites lors de nos dernières séances de travail. Ça s'est bien déroulé. Disons qu'on attendait beaucoup le rapport, c'est ce qui fait foi des décisions qu'on aura à prendre dans le futur. Lorsque le public pourra prendre connaissance de ce rapport, on pourra s'asseoir avec nos citoyens et en discuter.

Sylvain Côté s'est présenté au conseil municipal de Nantes en compagnie de plusieurs opposants au tracé proposé par Transports Canada. Il se dit satisfait de l'écoute des élus, mais affirme que les réponses apportées n'ont pas suffi à le rassurer.

J'étais quand même content de ce que le maire nous apportait, parce qu'il a posé beaucoup de questions. Il semblait dire qu'à Nantes, il n'y aurait pas de problème, mais ça m'inquiète. Chez nous, on a deux puits de surface avec une très bonne qualité d'eau. Si on assèche ces milieux humides, qu'est-ce qui va se passer avec nos puits, s'interroge-t-il.

On fuit nos questions. On apprend toujours les choses par la bande, on dirait. Il n'y a jamais rien de concret, a-t-il fait savoir.

M. Côté a des demandes précises à formuler auprès de Transports Canada en vue de la consultation publique qui aura lieu en septembre prochain.

On veut savoir quels sont les impacts sur un milieu humide lorsqu'on veut drainer ce milieu pour faire passer un train. Les impacts ne se limitent pas à l'endroit où le train va passer. Ils sont beaucoup plus grands pour tout le reste de la forêt. Un cèdre qui pousse dans un milieu humide ne sera plus là si on l'assèche. Les arbres qui poussent à côté sont là parce qu'un milieu humide les borde.

« Les impacts vont être énormes et on ne veut pas nous en décrire l'ampleur. »

— Une citation de  Sylvain Côté, opposant au projet de voie de contournement de Lac-Mégantic

Pour sa part, le maire de Nantes compte continuer de collaborer avec les élus de Frontenac et de Lac-Mégantic. Notamment, Transports Canada a donné la permission aux municipalités d'engager un hydrologue pour leur permettre d'interpréter le rapport comme il se doit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !