•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un candidat du PCQ reprend les arguments du lobby des armes à feu aux États-Unis

Ernesto Almeida devant un fond du Parti conservateur du Québec.

Ernesto Almeida est le candidat du Parti conservateur du Québec dans la circonscription de L'Assomption dans la région de Lanaudière.

Photo : Capture d'écran - Hebdo Rive-Nord

Le candidat du Parti conservateur du Québec dans la circonscription de L’Assomption, Ernesto Almeida, a repris les arguments du lobby des armes à feu aux États-Unis dans la foulée de la fusillade d’Uvalde au Texas le printemps dernier.

M. Almeida, dont la candidature a été annoncée officiellement le mois dernier par la formation politique d'Éric Duhaime, tente de se faire élire dans la circonscription actuellement représentée par le premier ministre François Legault dans la région de Lanaudière.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, M. Almeida a publié, puis retiré de ses réseaux sociaux une caricature d’une enseignante protégeant ses élèves à l’aide d’une arme à feu quelques jours après la fusillade de masse à l'école primaire Robb, à Uvalde, le 24 mai.

Capture d'écran du compte d'Ernesto Almeida.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Capture d'écran du compte d'Ernesto Almeida

Photo : Facebook/Ernesto Almeida (capture d'écran)

La tuerie a fait 19 victimes parmi les élèves. Deux enseignants ont aussi été tués par le tireur.

L’image, abondamment partagée par les défenseurs des droits des propriétaires d’armes à feu aux États-Unis, illustre l’argument voulant qu’une enseignante armée puisse contrer une fusillade en milieu scolaire.

Le président Trump lui-même avait suggéré d’accorder à certains enseignants le droit de porter une arme au lendemain de la tuerie de Parkland, en Floride, en 2018.

Au-dessus de la caricature, le candidat conservateur commente en espagnol : ce ne sont pas les armes qui tuent, mais les fous qui les utilisent.

Cet argument a été repris à satiété par la puissante National Rifle Association (NRA) dans les jours qui ont suivi le massacre d’Uvalde.

Le gouverneur du Texas, le républicain Greg Abbott, avait aussi montré du doigt les problèmes de santé mentale pour expliquer la tragédie.

Radio-Canada n’a pas été en mesure de joindre Ernesto Almeida pour obtenir ses explications.

Liberté d'expression

Mis au fait de la publication de son candidat au mois de juin, la direction du Parti conservateur du Québec nous a confirmé par écrit ne pas avoir l’intention de lui demander de se retirer.

Au Parti conservateur du Québec, nous sommes pour la liberté d’expression, la liberté académique et nous encourageons le débat d’idées, a commenté l’attaché de presse du chef, Cédric Lapointe.

La limite que nous imposons à nos candidats est de ne pas faire appel à la violence ou de tenir des discours haineux, précise Cédric Lapointe. Nous sommes contents de voir que ce candidat n’a pas franchi cette ligne.

Sur Twitter, le directeur des communications au Cabinet du premier ministre Legault a qualifié d'inquiétante cette idée d'armer les enseignants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !