•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté de Behchokǫ̀ célèbre le 100e anniversaire de la signature du Traité 11

Un groupe de figurants est assis devant deux tipis, en été, lors des célébrations entourant le 100e anniversaire du Traité 11, à Behchoko, aux Territoires du Nord-Ouest le 15 août 2022.

Un groupe de figurants participe à la reconstitution de la cérémonie de signature du Traité 11 lors des célébrations entourant son 100e anniversaire, à Behchoko, aux Territoires du Nord-Ouest, le 15 août 2022.

Photo : Radio-Canada / Travis Burke

La communauté de Behchokǫ̀, aux Territoires du Nord-Ouest, célèbre cette semaine le 100e anniversaire de la signature du Traité 11, survenue en 1921. L'événement était prévu l’été dernier, mais il a dû être reporté en raison de la COVID-19.

Le report n’a pas diminué l’intérêt des membres de la communauté, qui ont assisté en grand nombre à la reconstitution historique de la cérémonie de signature, lundi. Des dizaines de figurants arborant des costumes d’époque ont participé, et certains sont même venus en canot de Whatì, une autre communauté Tłı̨chǫ située au nord-ouest de Behchokǫ̀.

Des gens sont debout et assis, en été, dans la communauté de Behchokǫ̀, aux Territoires du Nord-Ouest, lors des célébrations entourant le 100e anniversaire de la signature du Traité 11, le 15 août 2022.

De nombreux spectateurs assistent à la reconstitution historique de la signature du Traité 11.

Photo : Radio-Canada / Travis Burke

Le chef Monfwi, qui a signé le traité au nom du peuple Tłı̨chǫ, a été personnifié par un acteur portant une réplique de ses habits de 1921.

C'est Georgina Franki qui a trouvé et confectionné tous les costumes d’époque pour cette reconstitution. Nous avons essayé de rester dans le thème de 1921, en utilisant des couleurs plus sombres, comme le noir, le bleu foncé et le gris. Nous avons beaucoup fouillé dans les friperies à Yellowknife, s'exclame-t-elle.

Un acteur personnifiant le chef Monfwi fumant une pipe, est assis à côté d'un prêtre lors de la reconstitution de la signature du Traité 11 dans la communauté de Behchokǫ̀, aux Territoires du Nord-Ouest, le 15 août 2022.

Tous les costumes de 1921 ont été recréés pour la cérémonie, incluant les habits du chef Monfwi.

Photo : Radio-Canada

Les spectateurs ont été ravis de voir tous les efforts déployés pour faire revivre cet été de 1921. Je pense qu’ils ont fait du très bon travail pour recréer cette cérémonie. Les scènes nous ont aidés à comprendre ce qui s’est passé il y a 100 ans, témoigne Joe Andrews, une spectatrice originaire de la Nouvelle-Écosse.

Ce traité, et le chef Monfwi, représentent toujours une partie importante de l’histoire du peuple Tłı̨chǫ. Le chef Monfwi était un grand leader qui nous a donné une voix grâce aux droits accordés par le traité. Ce traité a ouvert la voie à l’autonomie gouvernementale. C’est vraiment spécial que nous puissions encore partager nos connaissances, l’histoire et les légendes du peuple Tłı̨chǫ, raconte Tony Rabesca, coordonnateur culturel pour le gouvernement Tłı̨chǫ et l’un des organisateurs des célébrations.

Un traité parfois contesté

Le Traité 11 n’a pas toujours fait l’unanimité et a même été contesté en Cour dans les années 1970, quand les peuples signataires se sont rendu compte que leurs droits sur les terres n’ont pas été respectés.

Selon certains experts interrogés pour le 100e anniversaire l'an dernier, les Premières Nations n’ont pas été impliquées dans le processus d'établissement du traité.

Lors de la signature à l’été 1921, les négociateurs ont fait des promesses orales très vagues, notamment liées aux droits sur la chasse et la pêche. Aucune de ses promesses ne se retrouve cependant dans le document ratifié par le gouvernement en 1923.

Image du Traité 11 et d'un stylo, qui ont été utilisés lors des célébrations du 100e anniversaire de sa signature, dans la communauté de Behchokǫ̀, aux Territoires du Nord-Ouest, le 15 août 2022.

Les Premières Nations signataires voyaient le traité d’un bon œil : de leur point de vue, c’est la première fois que le gouvernement les reconnaissait en tant que peuple unique.

Photo : Radio-Canada / Travis Burke

Bien que le traité soit contesté par certains, d’autres, comme Georgina Franki, croient que ces célébrations sont essentielles pour transmettre l’histoire du peuple Tłı̨chǫ de génération en génération.

J’espère vraiment que cette reconstitution va favoriser la guérison. Non seulement pour notre génération, mais aussi pour nos enfants et nos petits-enfants.

Les célébrations de la signature du Traité 11 se poursuivent jusqu’à mercredi à Behchokǫ̀, avec des danses, des courses de canot et d'autres activités culturelles.

Avec les informations de Celeste Decaire

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !