•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats conservateurs britanniques rejettent un nouveau référendum en Écosse

Liz Truss.

Liz Truss s'est exprimée lors de la seule réunion du Parti conservateur écossais devant un public à Perth, en Écosse.

Photo : Getty Images / Jeff J Mitchell

Agence France-Presse

Les deux candidats à la direction du Parti conservateur et du gouvernement britannique, en campagne mardi en Écosse, y ont encore rejeté l'idée d'un nouveau référendum sur l'indépendance.

Si je suis élue première ministre, je ne permettrai pas un nouveau référendum, a promis la ministre sortante des Affaires étrangères, Liz Truss.

Avant elle, son rival, l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak, a affirmé ne pas pouvoir imaginer les circonstances dans lesquelles il accepterait la tenue d'une nouvelle consultation s'il accédait à Downing Street.

Lui et Mme Truss intervenaient en soirée lors d'une réunion dans la ville de Perth, face à des militants conservateurs.

Rishi Sunak.

Rishi Sunak, candidat à la direction du Parti conservateur

Photo : Getty Images / Jeff J Mitchell

Je me concentre sur la défense de l'union entre l'Écosse et le reste du Royaume-Uni, a insisté M. Sunak, qui s'en est également pris aux échecs du Parti national écossais (SNP) de la première ministre locale Nicola Sturgeon.

Malgré le refus répété du gouvernement britannique, la dirigeante écossaise entend organiser un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Écosse le 19 octobre 2023, neuf ans après la consultation qui s'était traduite par un vote à 55 % en faveur du maintien au sein du Royaume-Uni.

Selon Mme Truss, au moment du référendum de 2014, le SNP était d'accord pour dire qu'il s'agissait d'un référendum comme on en organise un par génération [...] Nicola Sturgeon devrait tenir sa promesse.

Nous ne sommes pas seulement des voisins, nous sommes une famille. Je ne permettrai pas que notre famille soit séparée, avait plus tôt lancé celle qui semble bien placée pour succéder à Boris Johnson.

Comme Mme Truss, M. Sunak a jugé que d'autres dossiers étaient prioritaires, au moment où les Britanniques subissent la pire inflation depuis 40 ans.

Malgré le précédent de 2014, Mme Sturgeon estime que le Brexit a changé la donne, alors que 62 % des Écossais souhaitaient rester dans l'Union européenne lors du vote de 2016. L'objectif du SNP est que l'Écosse rejoigne l'UE en tant qu'État indépendant.

Sans l'accord du gouvernement britannique

Anticipant un bras de fer judiciaire avec le gouvernement central, la dirigeante indépendantiste a pris les devants et saisi la Cour suprême, pour que celle-ci détermine si le Parlement écossais a le pouvoir de légiférer pour organiser ce référendum sans l'accord du gouvernement britannique. L'audience est prévue les 11 et 12 octobre.

Mme Truss et M. Sunak font campagne pour les suffrages des militants conservateurs – quelque 200 000 –, qui ont jusqu'au 2 septembre pour choisir leur nouveau chef lors d'un vote par correspondance.

Le parti étant majoritaire au Parlement, le vainqueur deviendra premier ministre, succédant à Boris Johnson qui a démissionné au début de juillet après de multiples scandales. Mme Truss figure largement en tête des sondages. L'annonce du résultat est attendue le 5 septembre.

Également mardi soir, Mme Truss a affirmé que M. Sunak, fils d'immigrés indiens, aurait toute sa place dans son gouvernement si elle remportait la consultation interne.

Nous sommes tous conservateurs, nous voulons tous battre Nicola Sturgeon, nous voulons tous battre [le chef du Parti travailliste] Keir Starmer [...] je voudrais nommer un gouvernement réunissant les meilleurs talents du Parti conservateur, dont Rishi Sunak, si je gagne cette élection, a-t-elle assuré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !