•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parlementaires canadiens aimeraient visiter Taïwan cet automne

Ces élus souhaiteraient ainsi imiter Nancy Pelosi, qui a effectué un tel voyage il y a deux semaines.

Les drapeaux canadien et taïwanais.

Le Groupe d'amitié Canada-Taïwan est l'un des quelque 60 « groupes d'amitié » de la colline du Parlement.

Photo : Getty Images / Oleksii Liskonih

Radio-Canada

Des membres du Groupe d'amitié Canada-Taïwan du Parlement pourraient se rendre sur l'île de Formose dès octobre, affirme sa présidente, la députée libérale Judy Sgro.

Ces élus souhaiteraient ainsi imiter la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, qui a effectué un tel voyage il y a deux semaines.

Dans un courriel transmis à CBC, le réseau anglais de Radio-Canada, Mme Sgro a indiqué que les députés et les sénateurs faisant partie du groupe d'amitié espéraient se rendre [à Taïwan] en octobre. Elle n'a toutefois pas fourni d'informations supplémentaires quant au but de la visite ou au nombre d'élus qui pourraient faire le voyage.

La visite de Nancy Pelosi – qui avait pour but, a-t-elle déclaré, de montrer « l’appui sans équivoque » des États-Unis à la « vibrante démocratie taïwanaise » – a provoqué la colère du gouvernement chinois, qui considère l'île autonome comme faisant partie de son territoire.

Pékin a répondu à la visite de la numéro 3 du gouvernement américain en encerclant l'île et en menant des exercices militaires à proximité des eaux territoriales revendiquées par Taïwan et le Japon.

Une relation de longue date

Le Groupe d'amitié Canada-Taïwan, dont la composition varie en fonction des législatures, a déjà visité l'île dans le passé. Un voyage avait été organisé en 2014, notamment. Pendant de nombreuses années, des députés ont également, à titre individuel, rencontré sur place des politiciens taïwanais, suscitant la colère de Pékin.

Une visite automnale du groupe d'amitié surviendrait néanmoins à un moment de tensions accrues entre les gouvernements canadien et chinois.

La ministre de la Défense nationale, Anita Anand, avait déclaré que la décision de la Chine de mener des exercices militaires après la visite de Nancy Pelosi à Taïwan était une escalade inutile.

Mener une activité militaire agressive dans le détroit de Taïwan en utilisant comme prétexte une visite [diplomatique] est injustifiable, avait-elle déclaré.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères avait pour sa part exhorté le Canada à corriger immédiatement ses erreurs lorsque le G7 avait condamné les actions de la Chine.

Des rapports informels

Le Groupe d'amitié Canada-Taïwan est l'un des quelque 60 groupes d'amitié de la colline du Parlement. Il comptait pas moins de 89 membres en 2021, selon un communiqué publié par le gouvernement taïwanais l'été dernier.

La nature informelle des groupes d'amitié permet aux députés et aux sénateurs d'entretenir des relations avec une variété de gouvernements et de communautés en dehors du cadre des activités gouvernementales officielles.

En vertu de la « politique d'une seule Chine » adoptée par une vaste partie de la communauté internationale, le Canada n'entretient que des relations diplomatiques informelles avec le gouvernement taïwanais.

Parmi les autres groupes d'amitié, on retrouve notamment le Groupe d’amitié parlementaire Canada-Palestine et le Groupe d'amitié parlementaire Canada-Ouïgours. Ces groupes ne reçoivent aucun soutien administratif ou financier du Parlement du Canada.

Une délégation de parlementaires allemands doit également se rendre à Taïwan durant la première semaine d'octobre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !