•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chien blanc, d’Anaïs Barbeau-Lavalette, en première à Cinemania

Une femme fait face à un berger allemand dans une cour.

Kacey Rohl dans une scène du film «Chien blanc».

Photo : Sphère Films

Radio-Canada

Le nouveau long métrage d'Anaïs Barbeau-Lavalette, Chien blanc, ouvrira le 28e festival de films francophones Cinemania, qui se déroulera du 2 au 13 novembre à Montréal. Le film est une adaptation du roman éponyme de l’écrivain français Romain Gary, un récit partiellement autobiographique doublé d’une exploration du mouvement américain des droits civiques.

Tourné principalement à Montréal, Chien blanc met en vedette l’acteur français Denis Ménochet (Grâce à Dieu) dans le rôle de Romain Gary et la Britanno-Colombienne Kacey Rohl (Hannibal) dans celui de sa femme, l’actrice et égérie de la Nouvelle Vague française Jean Seberg.

Le titre de l'œuvre fait référence au berger allemand que le couple a adopté dans sa résidence à Hollywood. L’animal, qui a été dressé par la police de l’Alabama pour attaquer les personnes noires, sera rééduqué par ses nouveaux maîtres.

L’intrigue est campée en 1968, peu de temps après l’assassinat de Martin Luther King. À cette époque, Jean Seberg s’implique dans la cause antiraciste et se lie notamment avec une organisation proche des Black Panthers. Pendant ce temps, sa relation avec Romain Gary commence à sérieusement s’effriter.

Coscénarisé par Valérie Beaugrand-Champagne (Incendies), Chien blanc est le quatrième long métrage de fiction d’Anaïs Barbeau-Lavalette, après Le ring, Inch’Allah et La déesse des mouches à feu.

Mentionnons qu’il s’agit d’une deuxième adaptation du roman au grand écran, après le controversé drame d’horreur Dressé pour tuer (White Dog), de Samuel Fuller, sorti il y a 40 ans.

Un grand sujet de société

Le directeur général de Cinemania, Guilhem Caillard, se dit honoré de présenter le nouveau film d’Anaïs Barbeau-Lavalette, un an après avoir projeté lors de son festival un documentaire consacré à son œuvre cinématographique, Portrait d'une créatrice.

Anaïs Barbeau-Lavalette offre un film de grande ampleur, qui suscite la réflexion, lance le débat, et confirme une nouvelle fois son talent de cinéaste profondément tournée vers les autres et les grands sujets de société, a-t-il affirmé dans un communiqué.

Chien blanc prendra l’affiche au Québec le 9 novembre, après avoir été projeté en primeur au Cinéma Impérial le 2 novembre, à l’occasion de Cinemania. La programmation complète du festival sera par ailleurs dévoilée le 20 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !