•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La phase 2 des rénovations de la station d’épuration du North End obtient 550 M$

L'usine de traitement des eaux du North End de Winnipeg, le 16 août 2022.

L'usine de traitement des eaux du North End est la plus importante de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Les gouvernements fédéral, provincial et municipal ont annoncé un investissement conjoint de 550 millions de dollars pour la seconde phase des travaux de modernisation de la station d’épuration du North End , à Winnipeg.

Cette station est la plus ancienne et la plus importante de la capitale manitobaine, puisqu’elle traite 70 % des eaux usées de la ville, rappelle un communiqué.

Ottawa investira jusqu'à 200,9 millions de dollars dans ce projet par l'entremise du volet Infrastructures vertes du programme d’infrastructure Investir dans le Canada, tandis que le gouvernement provincial investira plus de 167 millions de dollars et que la Ville de Winnipeg fournira au moins 184 millions de dollars.

Cette seconde phase de travaux consistera en de nouvelles installations de traitement des biosolides qui permettront de stocker et de traiter les boues produites par le traitement des eaux usées afin de les convertir en biosolides, précise le communiqué.

Ce produit riche en nutriments peut être réutilisé en toute sécurité comme engrais ou comme terreau, continue-t-il.

La modernisation devrait également permettre de protéger le lac Winnipeg et la rivière Rouge dans lesquels des eaux usées sont parfois relâchées lorsque le système d'égouts municipal est débordé.

Elle devrait aussi faire en sorte que Winnipeg ait une capacité suffisante pour faciliter la mise en œuvre du plan provisoire d'élimination du phosphore de la Ville de Winnipeg, afin de satisfaire aux exigences du permis délivré en vertu de la Loi sur l'environnement.

La directrice générale de la Fondation du lac Winnipeg, Alexis Kanu, se réjouit que le financement pour la phase 2 de l'usine d'épuration du North End soit bouclé. D’autant plus que d'autres autorités ont éliminé leurs rejets d'eaux usées il y a plusieurs années, dit-elle.

Ce dont le lac Winnipeg a besoin, c'est d'une conformité en matière de phosphore, affirme Mme Kanu.

Le phosphore est le nutriment qui entraîne la prolifération d'algues dans le lac Winnipeg. L'intégration de la conformité concernant le phosphore dans la phase 2 représente une avancée incroyable pour le lac Winnipeg.

Alexis Kanu dans un espace de longues herbes à Winnipeg, le 16 août 2022.

Alexis Kanu est la directrice générale de la Fondation du lac Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, avertit cependant que même si la capitale manitobaine jouera son rôle pour lutter contre la pollution du lac Winnipeg, le problème sera loin d'être résolu.

Bien que cette amélioration permette de régler nos 4 à 5 % de rejets qui contribuent à la prolifération d'algues nuisibles dans le lac Winnipeg et ses environs, nous aurons encore besoin de mesures pour régler le problème des 95 % restants qui proviennent d'autres sources au Manitoba, d'ailleurs au Canada et [des États-Unis], a-t-il souligné en conférence de presse mardi.

Mme Kanu espère que d'autres substances nocives qui se déversent dans les cours d'eau, comme l'ammoniac, seront aussi traitées à l'usine d'épuration du North End.

Un dossier long à régler

En novembre dernier, le gouvernement du Manitoba et la Ville de Winnipeg s'associaient pour faire avancer plus rapidement le projet. La première ministre Heather Stefanson avait alors présenté une demande de financement à Ottawa au nom de la municipalité.

Lors de la conférence de presse de mardi, le maire Brian Bowman a tenu à remercier la première ministre, tout en y allant d'une pointe envers l'ancien premier ministre Brian Pallister.

Merci beaucoup d'avoir mis fin à l'impasse à l'Assemblée législative et d'avoir vraiment aidé à livrer la marchandise pour Winnipeg et les Winnipégois. Cette demande prenait la poussière sur le bureau de l'ancien premier ministre, a-t-il lancé.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman et la première ministre du Manitoba Heather Stefanson lors de la conférence de presse pour annoncer l'obtention du montage financier pour la phase 2 des travaux de modernisation de l'usine d'épuration du North End, le 16 août 2022.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman et la première ministre du Manitoba Heather Stefanson lors de la conférence de presse pour annoncer l'obtention du montage financier pour la phase 2 des travaux de modernisation de l'usine d'épuration du North End, le 16 août 2022.

Photo : Radio-Canada

M. Bowman admet que le long retard a fait grimper les coûts projetés. Il affirme toutefois que les gouvernements sont en négociation sur la façon de couvrir ces coûts supplémentaires.

Nous sommes prêts à travailler en collaboration avec tous les niveaux de gouvernement pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés, a ajouté la première ministre Heather Stefanson.

La phase 2 du projet devrait être complétée en 2030.

L'année dernière, les gouvernements fédéral et provincial avaient dévoilé une enveloppe de 213 millions de dollars pour la première phase de ce projet dont le coût est estimé à 1,8 milliard de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !