•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse de la participation ontarienne à la Foire gourmande

Des gens sous un immense chapiteau.

Une grande présence ontarienne à la 20e édition de la Foire gourmande de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Mongeon

La Foire gourmande de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien a célébré sa 20e édition la fin de semaine dernière, après deux ans d’hibernation en raison de la pandémie.

Des petits producteurs, agrotransformateurs et chefs cuisiniers se sont rassemblés sous un immense chapiteau dans le but de promouvoir la gastronomie locale.

Parmi les producteurs, près du quart venaient du Nord-Est de l’Ontario, soit un chiffre record, selon Jacinthe Rivard qui représente l’Ontario au sein du conseil d’administration de l’événement.

La file d'attente pour entrer sous le chapiteau principal de la Foire gourmande.

La file d'attente pour entrer sous le chapiteau principal de la Foire gourmande.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Mongeon

Le fondateur de la Foire, Bernard Flébus, explique que la première édition des célébrations rassemblait à peine une vingtaine d'exposants. L’envergure de l’occasion festive ne cesse depuis de grandir : il y avait cette année 40 exposants et 15 artisans.

La contribution ontarienne à l’industrie gastronomique de la région est beaucoup plus importante qu’une participation à la Foire gourmande, selon lui.

« La contribution [ontarienne], c’est qu’il y a un va-et-vient. Pour ça, il faut qu’on se croise, et la Foire contribue à ça. »

— Une citation de  Bernard Flébus, fondateur de la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien
Bernard Flébus, le cofondateur de la Foire gourmande de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien.

Bernard Flébus, le cofondateur de la Foire gourmande de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La participation ontarienne à la hausse, malgré certains défis

Jacinthe Rivard note que la présence ontarienne est forte, malgré les difficultés de convaincre les producteurs de se déplacer pour participer à la Foire.

Elle explique que certains font face à des barrières linguistiques ainsi que logistiques.

« De les convaincre de venir à Ville-Marie, au Québec, c’est intimidant pour certains. Ils disent qu’ils ne parlent pas bien français, se demandant s’ils vont être bien accueillis à la Foire. Ma réponse, c’est oui. »

— Une citation de  Jacinthe Rivard, membre ontarienne du conseil d'administration de la Foire gourmande
À droite, Jacinthe Rivard, membre du conseil d'administration de la Foire gourmande.

À droite, Jacinthe Rivard, membre du conseil d'administration de la Foire gourmande

Photo : Radio-Canada / Nicolas Mongeon

Elle explique que l’organisme Northern Ontario Farm Innovation Alliance ainsi que la Ville de Temiskaming Shores ont subventionné la participation des producteurs et facilité leur arrivée à Ville-Marie.

Antoine Bordeleau est propriétaire de l'entreprise Les Viandes à côté du Bordeleau, située à quelques kilomètres de la frontière Québec-Ontario. Son entreprise se prépare depuis 6 mois pour partager son bœuf wagyu sous le chapiteau de la Foire gourmande.

Antoine Bordeleau ajoute de la vapeur à son bœuf effiloché.

Antoine Bordeleau ajoute de la vapeur à son bœuf effiloché.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Mongeon

Il préparait, notamment, des tacos au bœuf effiloché, accompagné d’une sauce à l'alcool d'érable.

Les tacos étaient au menu de plusieurs entreprises, notamment au restaurant Zante’s Bar and Grill, à New Liskeard, qui participait à la Foire pour une quatrième fois.

Selon leur chef cuisinier, Sean Laferrière, l’événement est une vitrine pour promouvoir les produits ontariens qui sont transformés dans leur cuisine. Ils ont proposé aux gourmands de l’événement des aliments de leur petite ferme, associée au restaurant.

M. Laferrière explique que c'est une occasion de tisser des liens de l'autre côté de la frontière.

Cependant, il est plus difficile de faire la promotion des achats de proximité en Ontario, selon Pierre Bélanger, propriétaire de Bison du Nord, à Earlton, qui participe à la Foire gourmande depuis sa première édition.

Pierre Bélanger discute avec Marina Orsini.

Pierre Bélanger, propriétaire de l'entreprise Bison du Nord

Photo :  Zone 3

Il est pourtant d'avis que la province se rattrape très rapidement : on retrouve maintenant des marchés publics dans la majorité des communautés nord-ontariennes.

La prochaine étape, selon lui, c'est d'organiser un festival culinaire unique au Nord de l’Ontario.

« Une foire gigantesque, je rêve au jour où l’on va en faire une à Sudbury où à North Bay. »

— Une citation de  Pierre Bélanger, propriétaire de l'entreprise Bison du Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !