•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Up Here : place à de nouvelles murales au centre-ville de Sudbury

Greg et Chris Mitchell en train de peindre un mur.

Une nouvelle murale, créée par les artistes mi'kmaw Greg et Chris Mitchell, remplacera celle qui se trouvait sur ce mur du YMCA.

Photo : CBC/Jonathan Migneault

Radio-Canada

Pour sa 8e année d’existence, le festival d’art urbain Up Here, à Sudbury, a choisi de peindre par-dessus certaines murales pour faire de la place à de nouveaux artistes, y compris celle sur le bâtiment du YMCA, peinte en 2015.

Le cofondateur du festival Christian Pelletier affirme que l’art public est éphémère.

« C'est fait pour changer. Il évolue. C'est un dialogue avec la communauté. Et comme les gens ont des choses différentes à dire, je pense qu'il est important que l'art reflète cela. »

— Une citation de  Christian Pelletier, cofondateur du festival Up Here

Il note que certains festivals d’art urbain renouvellent les murales très fréquemment, et qu’il ne s’agit pas nécessairement de son intention pour Up Here.

Si je regarde le festival de la peinture murale à Montréal, ils repeignent le même mur année après année, et je me dis : "Oh non, je ne veux pas faire ça", a-t-il confié en entrevue avec CBC.

Christian Pelletier pose pour une photo devant un des endroits où se déroule le festival Up Here 2022.

Christian Pelletier et le festival Up Here prennent le contrôle d'une partie du centre-ville pour présenter des spectacles.

Photo : CBC/Jonathan Migneault

En plus de peindre par-dessus certaines murales, le festival fait une plus grande place aux artistes autochtones cette année.

« Au fil des ans, nous avons organisé plus de 60 œuvres d'art public différentes dans le centre-ville de Sudbury et ses environs. Nous avons eu quelques artistes autochtones, mais la représentation n'a pas toujours été très bonne. »

— Une citation de  Christian Pelletier, cofondateur du festival Up Here

Pour renforcer cette représentation, le festival a fait appel à l'artiste autochtone Anong Migwans Beam, en tant que commissaire invitée.

Deux des artistes choisis par Anong Migwans Beam sont les frères jumeaux mi’kmaw Greg et Chris Mitchell, originaires d’Halifax, mais aujourd’hui installés à Toronto.

Ce sont d’ailleurs eux qui vont peindre une nouvelle murale sur le mur du YMCA, en s’inspirant du style d’artistes autochtones comme Norval Morrisseau.

Une boîte électrique peinte.

Chaque année, en plus des murales, des œuvres sont créées sur des boîtes électriques un peu partout en ville.

Photo : CBC/Jonathan Migneault

Chris Mitchell indique qu’il s’agira d’une de leurs plus grandes murales en carrière.

Son frère et lui ont choisi de peindre un ours et un orignal, deux symboles importants pour les Mi’kmaq, mais qui devraient aussi rejoindre les résidents du Nord de l’Ontario, croit-il.

Le festival comportera comme à l’habitude un volet musical, avec plusieurs artistes canadiens et américains qui performeront à différents endroits au centre-ville du 19 au 21 août.

Avec les informations de Jonathan Migneault, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !