•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre d’intervention pour la sécurité publique dans le quartier chinois d’Edmonton

Des voitures de police devant un commerce dans le quartier chinois.

L'argent fourni pour mettre en place le nouveau centre d'opérations dans le quartier chinois d'Edmonton servira à y renforcer la sécurité.

Photo : Radio-Canada / Gabriela Panza-Beltrandi

Radio-Canada

Le conseil municipal d’Edmonton a donné le feu vert lundi pour mettre en place un centre d’opération dans le quartier chinois. Le centre fait partie d’un ensemble de mesures annoncées en mai dernierpour renforcer la sécurité dans le centre-ville de la capitale.

Le nouveau centre, qui s'appellera le Healthy Streets Operations Centre, recevra une aide financière de 15,2 millions de dollars de la part de la Ville. Il réunira la police, des organismes sociaux et des services d’intervention d’urgence.

Pour les années 2023 et 2024, 10,3 millions de dollars seront alloués pour le recrutement de policiers et pour l’équipement et 4,9 millions serviront à recruter des agents de la paix, des pompiers et des agents de liaison pour la sécurité communautaire.

Le maire d’Edmonton, Amarjeet Sohi, espère que ce centre va réduire le nombre de crimes et stabiliser la situation dans le secteur. Je ne me fais pas d'illusions, précise-t-il toutefois. Nous ne pourrons rendre nos communautés plus sécuritaires sans nous attaquer aux graves problèmes de santé mentale, de dépendance et de logement.

Le maire et certains conseillers municipaux ont été déçus que la province n’ait pas donné son appui financier au projet. Les soins de santé, notamment la santé mentale et le traitement des dépendances, le logement et les places en refuge relèvent de la province.

Le projet n’a pas été adopté à l'unanimité. Trois conseillers municipaux ont voté contre, dont Ashley Salvador. Selon elle, la Ville est simplement en train de remettre à la police de l'argent qui avait été retiré de son budget l'année dernière dans le but de le distribuer à des organismes d'aide sociale.

Quant à Andrew Knack, qui a voté en faveur du financement, il pense que le nouveau centre d’opérations ne réglera pas tous les problèmes liés au crime, à l'itinérance et aux opioïdes. Nous ne faisons que nous attaquer aux symptômes, dit-il.

Le financement survient près de trois mois après le meurtre de deux sexagénaires dans le quartier chinois. La communauté avait fait une manifestation peu de temps après leur mort pour demander à la Ville de renforcer la sécurité dans le secteur.

Avec les informations de Natasha Riebe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !