•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie stimule l’intérêt pour le service d’autopartage d’Halifax

Véhicule Communauto stationné sur un site de camping.

Le service d'autopartage est de plus en plus populaire à Halifax. Vanessa Burns qui est membre de Communauto utilise un véhicule pour aller camper.

Photo : Gracieuseté : Vanessa Burns

Radio-Canada

La demande de voitures partagées à Halifax a atteint un niveau record cet été. Communauto, un service d'autopartage qui opère sur la péninsule d'Halifax et au centre-ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, a du mal à répondre à cette demande.

« La demande en ce moment à Halifax est sans précédent, c'est sûr! »

— Une citation de  Tim Callanan, directeur de Communauto en Atlantique

Les membres du service utilisent une application pour réserver des voitures appartenant à l'entreprise et pour récupérer eux-mêmes les véhicules dans la rue ou dans des stationnements désignés. Les utilisateurs peuvent conduire les voitures pour le temps qu’ils veulent.

Vanessa Burns s'est abonnée au service en mars et confirme que cet été ce n’est pas facile de louer une voiture.

Vous pouvez aller sur l'application et vous voyez qu'il n'y a littéralement pas un seul véhicule disponible dans la ville. Ce qui peut être un peu frustrant, dit-elle.

Cet été, elle a dû se tourner vers d'autres moyens de transport ou même annuler ses voyages.

Vanessa Burns prête pour l'escalade.

Vanessa Burns, membre de Communauto, dit avoir eu de la difficulté parfois à réserver un véhicule cet été.

Photo : Gracieuseté : Vanessa Burns

Elle dit qu'elle a des amis membres du service qui envisagent d'acheter un véhicule parce que souvent ils ne peuvent pas réserver de voitures quand ils en ont besoin.

La dernière chose que vous voulez entendre, c'est que les gens disent, je veux sortir et acheter un véhicule, car le but du covoiturage est de retirer les voitures de la route, ajoute-t-elle.

Vanessa Burns espère que la pénurie de cet été sera un petit coup de pouce dans la croissance du service.

L'été est toujours de loin notre saison la plus populaire et la plus occupée, confirme le directeur de Communauto en Atlantique. Cette année est certainement une version plus extrême de cette tendance.

Tim Callanan ne divulgue pas l’augmentation du nombre d'adhésions et d'utilisations à Halifax, mais il dit que pour l'ensemble de l'entreprise, ces données ont augmenté de plus de 30 % chaque année au cours des dernières années. Communauto opère aussi en Alberta, en Ontario et au Québec.

Le directeur est debout devant une des voitures de la flotte garée dans la rue.

Tim Callanan affirme que le service a connu plus de demandes cet été que jamais auparavant.

Photo : Radio-Canada / Frances Willick

Le directeur du service en Atlantique croit que les nouvelles réalités de la pandémie ont joué un rôle important dans la hausse de la demande.

Si vous travaillez à domicile ou si vous avez plus de flexibilité dans votre travail, vous n'avez peut-être pas besoin de cette voiture dans votre cour, dit-il.

Il croit aussi que plus de gens ont exploré leur propre région à cause des restrictions sanitaires et certains l’ont fait en utilisant une voiture partagée.

Tim Callahan rappelle que la réservation de voitures auprès des entreprises de location traditionnelles est plus difficile, car beaucoup ont vendu des parties de leur flotte au début de la pandémie et maintenant elles ont du mal à remplacer ces véhicules.

Les constructeurs automobiles ont ralenti leur production pendant la pandémie, et une pénurie continue de puces électroniques entrave la production de nouveaux véhicules.

Il dit que, pour certains, la voiture partagée est devenue la solution.

Il explique que Communauto n'est pas à l'abri de ces problèmes de chaîne d'approvisionnement. L'entreprise attend la livraison des 10 véhicules qu'elle a commandés pour sa flotte d'Halifax l'automne dernier. Une fois arrivés, il y aura 160 voitures à Halifax comparé à 40 il y a 5 ans.

Avec les informations de Frances Willick de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !