•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Magogois contre les sifflements de trains nocturnes revient à la charge

Pierre Perras se tient devant le conseil municipal de Magog.

Le citoyen Pierre Perras est venu présenter d'autres documents au conseil municipal de Magog lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Emy Lafortune

Radio-Canada

Un Magogois qui affirme se faire réveiller quotidiennement par des sifflements de trains pendant la nuit a interpellé de nouveau les élus lundi soir au conseil municipal. Pierre Perras est venu présenter de nouveaux documents et a indiqué avoir reçu l’appui d’investisseurs dans la municipalité. 

Quelques autres résidents du secteur étaient au conseil pour l'appuyer dans la foule.

M. Perras est derrière le Collectif des gens de Magog pour l’amélioration de la qualité de vie. Il n’en était pas à sa première intervention au conseil municipal. M. Perras affirme cependant que sa démarche, qui était d’abord citoyenne, se poursuit maintenant à un autre niveau grâce à des appuis de taille.

Dans le dossier, vous avez une lettre du groupe Belval. Mme Tiffany Chartrand [...] dit dans la lettre qu’on vit un irritant chronique qu’il faudrait régler une fois pour toutes, a-t-il indiqué pendant la séance du conseil. Radio-Canada n’a pas réussi à parler avec le groupe Belval plus tôt en journée pour discuter de cet appui.

Joint par Radio-Canada en après-midi, le Groupe Custeau, qui est derrière d’importants projets immobiliers à Magog, a aussi indiqué avoir été contacté par Pierre Perras. Charles Custeau dit avoir été sensibilisé à la cause des citoyens.

Évidemment, on ne peut pas être contre la vertu, comme on dit. Dans les faits, si des désagréments sont causés et que la situation peut s’améliorer, c’est sûr qu’on est en faveur d’une amélioration de la situation actuelle. Dans le cadre de nos projets, si ces désagréments-là peuvent irriter nos futurs résidents, si des solutions intéressantes peuvent être apportées pour atténuer ce genre de nuisances, c’est sûr que c’est quelque chose qu’on trouve intéressant et qu’on appuierait, souligne-t-il. 

Pierre Perras dit également avoir rencontré le député d’Orford Gilles Bélanger pour discuter des doléances des citoyens. Monsieur Bélanger n’accorde toutefois pas d’entrevue dans ce dossier, puisque la question des trains est de compétence fédérale.

Sur le plan fédéral, M. Perras s’est dit déçu du peu d’appui manifesté par la députée fédérale de Brome—Missisquoi, Pascale St-Onge.

La députée St-Onge est présentement en vacances. Son bureau de circonscription a toutefois assuré à Radio-Canada qu’elle avait parlé à plusieurs reprises avec Pierre Perras au cours des derniers mois. Elle a également eu des discussions avec des intervenants de différents paliers de gouvernement, a souligné son équipe.

Toujours selon son bureau, la députée souhaite d’abord avoir en main les résultats de l’étude de la Ville de Magog sur le dossier avant de rencontrer les citoyens pour en discuter.

Rappelons que le dévoilement des résultats de cette étude a été repoussé à l'automne il y a quelques semaines.

L'étude se penchera sur les investissements nécessaires pour permettre au train de circuler sans siffler la nuit, et explorera les subventions disponibles, a précisé la mairesse de Magog Nathalie Pelletier.

Avec les informations de Marie-France Martel et de Emy Lafortune 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !