•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du purin derrière la mort de poissons à Saint-Edmond-de-Grantham?

Des poissons morts à la surface de l'eau.

Des poissons sont morts après un déversement survenu dans la rivière David, à Saint-Edmond-de-Grantham, au début du mois d'août. (archives)

Photo : Geneviève Vitali

Radio-Canada

D'importantes quantités de purin pourraient être à l'origine de la mort de centaines de poissons au début du mois d’août dans la rivière David, à Saint-Edmond-de-Grantham, dans la MRC de Drummond. 

Les causes derrière la mort de ces poissons pourraient être nombreuses. Chose certaine, une quantité notable de purin a été observée dans la rivière David, à Saint-Edmond-de-Grantham, au début du mois d'août. C'est ce que confirme la municipalité à la lumière des résultats d'analyses obtenus auprès du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

L'une de celles-ci, effectuée en aval du déversement le 3 août dernier, démontre notamment la présence de bactérie E. coli dans une proportion de 29 000 UFC par 100 ml. 

À titre d'exemple, un plan d'eau est qualifié de pollué et d'impropre à la baignade par le ministère de l'Environnement lorsque le taux d'E. coli atteint environ 200 UFC par 100 ml.

En attente d'analyses ultérieures, le maire de la petite communauté, Richard Kirouac, se veut néanmoins rassurant pour la population.

Ce qu’on nous dit à Urgence environnement, c’est que c’était principalement du purin. Urgence environnement s'est fait rassurant quant à la qualité de l'eau de la rivière, qui est revenue à la normale aujourd'hui. Ils nous assurent qu’il y a peu de chances que les puits aient été contaminés, souligne-t-il. 

Un puits en bordure de rivière analysé par le ministère ne comporte aucune anomalie, selon les résultats obtenus par la municipalité.

Le maire veut toutefois aller plus loin. Il fera analyser d'autres puits au cours des prochains jours afin de rassurer ses résidents, qui sont tous alimentés par des puits artésiens.

La résidente Geneviève Vitali, qui a trouvé des centaines de poissons morts dans la rivière derrière chez elle, dit aussi avoir l'intention de passer à l'action. 

On a un puits artésien. On vit à côté de la rivière… C’est sûr que les risques sont minimes, mais c’est sûr que pour la simple sécurité, on va faire tester notre puits quand même pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème, indique-t-elle. 

Le ministère poursuit toujours son enquête afin de faire la lumière complète sur cette affaire. 

Avec les informations de Jean-François Dumas 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !