•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Liz Cheney en route vers la défaite la tête haute

Paria ou héroïne, Liz Cheney aura choisi sa conscience plutôt que son avenir politique.

Liz Cheney devant des drapeaux américains

Liz Cheney incarne la résistance contre Donald Trump chez les républicains et risque d'en payer le prix auprès des électeurs.

Photo : AP / J. Scott Applewhite

À 56 ans, elle incarne la résistance contre Donald Trump chez les républicains et va sans doute en payer le prix en perdant son siège de représentante du Wyoming au Congrès.

Élue en 2016 avec plus de 60 % des voix, Liz Cheney faisait partie des étoiles montantes dans le Parti républicain. En 2020, elle rafle près de 70 % des voix. Tout bascule le 6 janvier 2021. L'insurrection au Capitole ne passe pas.

Selon elle, Donald Trump a trahi la Constitution. Il sera désormais l'ennemi numéro un du pays à ses yeux, et elle fera tout en son pouvoir pour l'empêcher une fois pour toutes d'accéder au bureau ovale.

Durant la commission d'enquête sur les événements du 6 janvier, dont elle est la vice-présidente, elle ne mâche pas ses mots : Le président Trump a convoqué la foule et a allumé la mèche de l’attaque. Elle le tient responsable du coup d'État avorté.

Malgré les insultes, l'intimidation et même les menaces de mort de partisans de Donald Trump, Liz Cheney ne vacille pas. Au contraire, elle multiplie ses attaques contre l'ancien président et met en garde les Américains.

« Ces mensonges de Trump qui prétendent que les élections ont été volées sont un cancer qui menace notre république. »

— Une citation de  Liz Cheney, représentante du Wyoming

Ses mots lui valent l'ire des électeurs républicains du Wyoming, qui n'hésiteront pas, si on se fie aux sondages, à lui montrer la porte aux primaires de l'État le 16 août.

Une affiche dans un champ sur lequel on peut lire : « Ditch Liz! Vote for Hageman ».

« Laissez tomber Liz! Votez pour Hageman! »

Photo : AP / Thomas Peipert

Sa rivale Harriett Hageman, 60 ans, avocate de formation, répète la même diatribe que l'ancien président.

« Absolument, l'élection de 2020 a été volée pour que Donald Trump ne soit pas réélu. »

— Une citation de  Harriet Hageman, candidate à l'investiture républicaine au Wyoming

C'est devenu la phrase magique pour ouvrir la caverne de Donald Trump et se faire élire dans le camp républicain, ou plutôt dans le camp trumpiste.

Et les chiffres sont inquiétants. Selon le Washington Post, sur les six États pivots lors des élections de 2020, soit l'Arizona, le Michigan, le Nevada, la Georgie, le Wisconsin et la Pennsylvanie, les deux tiers des candidats républicains ne reconnaissent pas les résultats du scrutin de 2020.

Harriet Hageman tout sourire.

D'après les sondages, Harriet Hageman devance Liz Cheney d'environ 20 points dans la course à l'investiture républicaine pour un siège à la Chambre des représentants.

Photo : AP / Josh Galemore

Plusieurs craignent que si les résultats des élections présidentielles de 2024 sont serrés, les nouveaux élus à la solde de Donald Trump cèdent à la pression pour falsifier les résultats, au profit de Donald Trump. En Georgie, en novembre 2020, l'ancien président priait au téléphone le secrétaire d'État Brad Raffensperger pour qu'il lui trouve plus de 11 000 voix.

Pour Liz Cheney, l'Amérique ne peut demeurer libre si elle rejette la vérité.

Tel père, telle fille

Dick Cheney, ancien vice-président sous George W. Bush, ne mâche pas non plus ses mots et va à la rescousse de sa fille.

« En 246 ans d'histoire, il n'y a pas eu plus grande menace à notre république que Donald Trump. »

— Une citation de  Dick Cheney, ancien vice-président des États-Unis

Qui aurait cru il y a 20 ans que ce néo-conservateur, architecte de la guerre contre le terrorisme et qui a soutenu la guerre en Irak, dirait un jour que la plus grande menace du pays viendrait de l'intérieur?

Dick Cheney et George W. Bush

Dick Cheney, ancien vice-président sous George W. Bush, a eu un rôle influent au cours de la présidence de ce dernier.

Photo : Getty Images / Mark Wilson

Il n'y va pas de main morte avec l'ancien hôte de la Maison-Blanche. Dick Cheney traite Donald Trump de « lâche » et affirme « qu'un vrai homme » ne mentirait jamais à ses électeurs. Il qualifie sa fille de « battante » qui ne lâchera pas sa proie et vaincra tôt ou tard Donald Trump.

Depuis la commission du 6 janvier, Liz Cheney s'est révélée comme une figure politique charismatique, à tel point que plusieurs la perçoivent comme une candidate potentielle pour les élections présidentielles de 2024 qui l'opposeraient directement à Donald Trump.

À maintes reprises, elle a répété que, quelle que soit la lutte, c'est une bataille que le pays ne peut pas se permettre de perdre. On le doit aux pères fondateurs de la Constitution.

À ses collègues républicains, elle a ce message :

« Viendra un jour où Donald Trump ne sera plus là, mais votre déshonneur, lui, va rester. »

— Une citation de  Liz Cheney, représentante du Wyoming

Même si elle perd son siège du Wyoming, un avenir politique plus prometteur l'attend peut-être.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !