•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une expo pour lutter contre l’âgisme

Une dame de 102 ans avec un large sourire.

Marie-Berthe, photographiée par Arianne Clément

Photo : Radio-Canada / Amélie Auger

Briser les stéréotypes est la première chose qu'il faut faire pour lutter contre l’âgisme, selon l’équipe de chercheurs, d’étudiants et de personnes âgées qui ont lancé le projet Pour rompre avec l’âgisme. Le sujet est au cœur d’une exposition présentée à la Bibliothèque Monique-Corriveau, à Québec, ces jours-ci.

Marie-Berthe a 102 ans sur la photographie qui est reproduite en tête d’affiche de l'expo de photos Vieillir et beautés, mais qui pourrait le deviner?

Dans le discours ambiant, vieillir apparaît souvent comme synonyme de perte, de maladie et d’isolement. Et, la pandémie a contribué à alimenter ces préjugés envers les personnes âgées, d’après Dany Baillargeon, chercheur au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, et responsable de la Grande interaction pour rompre avec l’âgisme.

L'âgisme, la discrimination basée sur l'âge, ce n'est pas un phénomène nouveau. Mais malheureusement, les années de pandémie nous ont mis en plein visage les effets de l'âgisme. Donc, on a vu tout à coup que toute personne de 65 ans et plus était nécessairement devenue une personne fragile.

Des femmes dans un champ regardent au loin.

Photographie d'Arianne Clément intitulée «Quatre générations de redoutables combattantes» présentée dans l'exposition «Vieillir et beautés»

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

L'âgisme vis-à-vis des aînés est la forme de discrimination la plus répandue, au-delà du sexisme et du racisme, souligne Dany Baillargeon.

Briser des tabous une photo à la fois

Présenter des images positives du vieillissement peut contribuer à améliorer la perception que les gens ont du grand âge, selon Dany Baillargeon. Ainsi, l’exposition Vieillir et beautés montre entre autres, un couple lesbien, une femme transgenre, des gens de la diversité culturelle et des couples amoureux.

Une photo montrant une femme qui tire la langue à un homme qui la regarde avec affection.

L'exposition de photographies d'aînés d'Arianne Clément est présentée jusqu'au 23 août à la bibliothèque Monique-Corriveau.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

La photographe québécoise Arianne Clément se spécialise dans la photographie d’aînés depuis près de 10 ans. Une dizaine de ses photos en grand format ont été sélectionnées pour cette expo qui célèbre la beauté des aînés. On y découvre un regard d'artiste-photographe affuté.

Je regarde les passants dans la rue, et je remarque beaucoup les personnes âgées. Mon chum, il trouve ça rigolo parce qu’il y a des gens qui vont regarder les beaux gars et les belles filles et qui vont commenter. Bien moi, je ne regarde que les personnes âgées et je me dis : Ha! qu’il est beau! Ha! Mon Dieu! qu'elle est belle!

Je trouve ça important qu’on représente les personnes âgées dans toute leur diversité.

J’ai tellement eu de belles rencontres. Je pense à une dame de 99 ans, au Japon, qui est danseuse étoile dans une troupe de danse traditionnelle okinawaienne. Elle a commencé la danse à l’âge de 80 ans! Tout ça, c’est des gens qui m’ont dit que ce n’est pas parce qu’on vieillit que la vie s’arrête, et que les rencontres s’arrêtent, et que le cheminement s’arrête. On continue à apprendre. Tu as beaucoup plus de liberté en vieillissant. Donc, tout ce que tu n’as pas eu le temps de faire avant, là, tu as le temps de le faire.

Une femme transgenre se regarde dans le miroir pour parfaire son maquillage.

photographie d'Arianne Clément intitulée «L'art de vieillir queer dans la peau d'une femme transgenre»

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Le site web rompreaveclagisme.ca regroupe notamment les témoignages des gens qui sont photographiés dans l’exposition Vieillir et beautés. On peut voir cette expo inspirante à la Bibliothèque Monique-Corriveau, jusqu’au 23 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !