•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fonderie Horne : la cible de 15 ng/m3 d’ici 5 ans en déçoit plusieurs

La Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda.

La Fonderie Horne, à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Radio-Canada

Plusieurs citoyens et figures politiques se disent déçus du plan du gouvernement, qui a annoncé lundi qu’il demandera à la Fonderie Horne d’atteindre une concentration d’arsenic de 15 nanogrammes par mètre cube d’ici cinq ans dans le quartier adjacent à l’entreprise.

Le comité citoyen ARET (Arrêt des rejets et émissions toxiques) aurait souhaité que l’on demande à la Fonderie Horne d’atteindre 15 ng/m3 d'ici un an. La co-porte-parole de l'organisme, Nicole Desgagné, se dit découragée.

Les quatre, on pleurait dans l’ascenseur. On s’est pris dans nos bras. On ne s'attendait peut-être pas à des miracles, mais on ne s'attendait pas à ça. C’est incroyable! On a l'impression d'être carrément sacrifiés, encore une fois, déplore-t-elle.

Nicole Desgagné estime que le gouvernement devrait prendre plus au sérieux les risques des émissions de la Fonderie Horne sur la santé des citoyens.

« On voit qu’on est encore en train de tolérer que les gens soient empoisonnés à Rouyn-Noranda. »

— Une citation de  Nicole Desgagné, co-porte-parole du comité ARET

De son côté, la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, se dit rassurée que la nouvelle autorisation ministérielle soit plus contraignante que la précédente, mais elle a encore certaines préoccupations.

Il reste à voir quel sera le plan d’action de la fonderie, ce qu’on ne sait pas présentement, et quels seront, selon la santé publique, les risques associés aux délais des différentes cibles d’ici l’atteinte du 15ng/m3, souligne-t-elle.

Des personnes sont debout devant un immeuble, certaines d'entre elles tiennent des pancartes.

Des citoyens de Rouyn-Noranda se sont rassemblés lundi matin en vue de l'annonce du ministre de l'Environnement dans le dossier de la Fonderie Horne.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

La mairesse Dallaire croit que la consultation publique qui aura lieu cet automne représente l’occasion pour le gouvernement d’entendre les inquiétudes de la population. Elle ajoute que la Ville déposera un mémoire.

Gabriel Nadeau-Dubois : « La santé après les profits »

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, estime pour sa part que le gouvernement doit imposer des cibles plus sévères à la Fonderie Horne et que les solutions existent pour diminuer les émissions atmosphériques plus rapidement.

Ce que la CAQ a annoncé aujourd’hui, c’est qu’ils abandonnent de faire respecter la norme québécoise de 3 ng/m3 et qu’ils faisaient donc comme tous les gouvernements depuis 40 ans, soit faire passer la santé des gens à Rouyn-Noranda après les profits de la multinationale, a-t-il dit lors de son passage dans la région.

M. Nadeau-Dubois affirme aussi que son parti s’engage, s’il est élu, à faire respecter la norme québécoise de 3 ng/m3 d’ici quatre ans, et les 15 ng/m3 d’ici un an.

Le candidat du Parti québécois dans la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Jean-François Vachon, a quant à lui publié sur ses réseaux sociaux la déclaration suivante :

Lors de la consultation publique de cet automne, les citoyens pourront exprimer leurs opinions ainsi que déposer des mémoires, soit en personne, soit en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !