•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Trois-Rivières appuie la sortie publique de 7 conseillers

Jean Lamarche assis à la table du conseil municipal derrière un micro et un ordinateur.

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Dans une lettre ouverte publiée lundi, sept conseillers municipaux de Trois-Rivières dénoncent l’attitude de leurs collègues. Le maire Jean Lamarche dit accueillir positivement cette initiative.

Si on en est là aujourd’hui, c’est parce qu’une majorité du conseil municipal, incluant moi, ont été témoins de situations. Si on veut aller de l’avant, il faut avoir une approche qui mise sur le vivre-ensemble, indique le maire de Trois-Rivières.

Ce dernier affirme avoir été informé de la démarche de ses collègues, mais ne pas y avoir participé directement.

Dans la lettre ouverte, les sept conseillers estiment faire face à de l’obstruction de la part d’autres élus. C’est une main tendue pour l’ensemble des discussions, a dit le maire en entrevue à l'émission En direct. Il ajoute qu’aucun dossier particulier n’est visé par ce message.

« Il peut y avoir des divergences de points de vue, des discussions animées. Pas de problème. Un espace de débat doit demeurer, mais comment est-ce qu’on le fait? De mon côté, comme du côté des signataires, on veut que ça se fasse avec du savoir-vivre. »

— Une citation de  Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières

Le maire souhaiterait que les élus se prononcent davantage sur les grandes orientations de la Ville, plutôt que sur les éléments plus opérationnels, qu’il qualifie de microgestion .

Pas un parti politique

Jean Lamarche a assuré au micro d'Anne-Marie Lemay que la sortie publique des sept conseillers municipaux n’annonce pas la formation d’un parti politique à Trois-Rivières.

On veut travailler ensemble, pas former un parti politique, a-t-il affirmé.

Les visages des signataires de la lettre : Daniel Cournoyer, Maryse Bellemare, Sabrina Roy, Pierre Montreuil, Jonathan Bradley, René Martin et Alain Lafontaine.

Ces sept conseillers municipaux de Trois-Rivières ont fait une sortie publique lundi.

Photo : Radio-Canada

Le conseiller municipal du district de Châteaudun, Luc Tremblay, indique que, lorsque des élus n'adhèrent pas aux idées du maire, ils ne semblent plus dans les bonnes grâces de la Ville. Jean Lamarche réfute cette affirmation.

C’est trop facile en ce moment de rejeter l’ensemble de l'œuvre sur le maire ou sur le cabinet. Chacun doit faire sa propre étude de conscience. Chacun doit voir comment il peut améliorer la situation. Si on passe notre temps à rejeter [le blâme] sur l’autre, on n’avancera pas, explique-t-il.

L'ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a déjà eu à faire face à de l'opposition au sein du conseil municipal. De sortir publiquement, je trouve ça un peu triste, a-t-il déclaré en entrevue à l'émission En direct.

La prise de parole dissuadée?

Selon l'analyste politique Luc Massicotte, la lettre ouverte des conseillers et l'appui du maire ne contribueront pas à assainir le climat de travail à l'Hôtel de Ville, au contraire.

Il craint que le conseil municipal ne fasse plus suffisamment de place à la dissension.

On a voulu distinguer ceux qui sont avec M. Lamarche de ceux qui sont un peu contre. C'est comme si on avait tiré une ligne dans le sable. On vient scinder le groupe en deux et je ne suis pas certain que ça va favoriser la prise de parole, explique-t-il.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !