•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Noah Williams-Ribeiro veut faire sa place avec les Olympiques de Gatineau

Un père et son fils prennent la pose pour la caméra avant un entraînement de hockey.

L'ancien joueur du Canadien Mike Ribeiro tenait à accompagner son fils Noah pour ses débuts avec les Olympiques de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Un nom retient l’attention sur la liste des joueurs présents au camp des recrues des Olympiques de Gatineau : celui de Noah Williams-Ribeiro. Le fils de l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) Mike Ribeiro est finalement dans le giron de l’équipe, après avoir raté le camp 2021 en raison de son statut vaccinal.

Le jeune joueur de 17 ans n’est toujours pas vacciné contre la COVID-19, mais peut participer au camp parce qu’il a fait une quarantaine de deux semaines. Je suis arrivé le 31 juillet et j’ai fait ma quarantaine, précise Ribeiro fils, repêché au 8e tour par les Olympiques l’an dernier.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) n’oblige pas les joueurs à être vaccinés pour jouer, mais le joueur ne ferme plus totalement la porte à recevoir une dose de vaccin.

Ma mère ne voulait pas que je sois vacciné. Je devrai avoir une discussion avec elle pour voir si je reçois une dose pour ne plus m’en faire avec les quarantaines, affirme l’attaquant qui a joué avec les Predators de Nashville Jr l’an dernier et qui a récolté 4 buts et 10 passes en 19 rencontres.

Des joueurs et des partisans des Olympiques célèbrent un but.

Les Olympiques de Gatineau ont pris le 2e rang de l'Association de l'Ouest dans la LHJMQ en 2022 et seront à surveiller la saison prochaine (archives).

Photo : Dominic Charette / Olympiques de Gatineau

Son père, Mike, était un spectateur attentif lors de l’accueil des joueurs au Centre Slush Puppie lundi. Selon lui, la question du vaccin a joué un rôle pour expliquer l’absence de son fil l’an dernier, mais aussi son âge.

Je crois que sa mère ne voulait pas trop l’envoyer et on a décidé de le laisser grandir en maturité. C’est plus facile pour lui à 17 ans, souligne Mike Ribeiro, tout en rappelant qu’il sera bientôt libre de faire comme bon lui semble. Il va avoir 18 ans en janvier. Comme parent, tu sais, tu peux donner ton opinion, mais à la fin c’est sa décision. C’est lui qui a décidé de venir cette année. On va l’appuyer dans ce qu’il veut faire, poursuit l’ancien numéro 71 du Canadien de Montréal.

Peut-il faire sa place?

La question du statut vaccinal derrière lui, est-ce que Noah Ribeiro peut aider les Olympiques de Gatineau? Son père croit que oui.

C'est un joueur différent de ce que j’étais. Il est un peu plus gros et peut jouer à l'aile. Je le vois comme un power forward. Je sais qu’ils ont beaucoup de talent à l’attaque, mais si les Olympiques veulent un gars qui est capable de frapper et qui peut jouer devant le filet, ça peut être un bon match. C’est un bon passeur aussi, résume Ribeiro père, qui ne cache pas sa nervosité.

« Je crois que je suis plus nerveux que lui. J’étais pareil quand j’étais dans les gradins. J’étais plus nerveux que lorsque je jouais. C’est une grosse journée pour lui. »

— Une citation de  Mike Ribeiro, ancien joueur de la LNH
Mike Ribeiro.

Mike Ribeiro (archives)

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Noah Ribeiro se décrit de la même façon. Il espère pouvoir démontrer ses qualités au cours des prochains jours et recevoir une invitation pour le camp principal de l’équipe.

Je veux montrer que je suis assez bon pour jouer à ce niveau. Je suis ici pour un poste. C’est mon année de repêchage et je veux démontrer que je peux l’être afin de poursuivre au prochain niveau, ajoute Ribeiro fils.

Comme les Olympiques voulaient le voir à leur camp en 2021, Noah se doute bien qu’il recevra une invitation au cours des prochains jours s’il garde les choses simples. Seulement, il ne veut rien tenir pour acquis.

Je dois bien performer cette semaine. J’ai une belle occasion ici. L’aréna est superbe et les gens m’ont bien accueilli. Je veux bien faire, récolter des points et garder une belle attitude pendant que je suis ici, raconte le jeune homme, qui ne parle pas français et blâme ses parents pour ne pas l’avoir assez utilisé à la maison.

Un père et son fils prennent la pose pour la caméra.

L'ancien joueur de la LNH Mike Ribeiro avec son fils Noah Williams-Ribeiro, avant le camp des recrues des Olympiques

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

La seule présence de Ribeiro au camp est une bonne nouvelle pour le club, qui ne pouvait pas confirmer sa présence il y a encore quelques jours seulement.

S’il fait montre de talent sur la glace et réussit à gagner un poste avec Gatineau, il pourra certainement remercier son père de lui avoir légué quelques trucs. Mike Ribeiro a récolté 793 points en 1074 matchs dans la grande ligue, en plus de 341 points en 159 matchs dans la LHJMQ.

J’ai grandi avec plus d’attention puisque c’est mon père. Je suis habitué aux comparaisons. Je dois juste rester calme, faire mes trucs et ne pas m’en faire, conclut Noah, qui veut se faire un prénom dans la LHJMQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !