•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé publique et crise du logement au cœur des échanges à la Conférence annuelle de l’AMO

Des gens écoutent la Conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario.

La Conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario s’est ouverte dimanche à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, avait de grandes attentes en matière de santé publique et de crise du logement à la Conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario (AMO), mais il s'est dit déçu par le discours qu'a livré Doug Ford lundi dans la capitale fédérale.

Il espérait entendre le premier ministre de l’Ontario proposer des solutions concrètes, à la pénurie de main-d'œuvre et à la crise du logement, entre autres, lors de son allocution.

La responsabilité pour les hôpitaux, ça ne revient pas aux municipalités, aux contribuables d'Ottawa ou de Toronto. C'est la responsabilité de la province, a martelé le maire, en entrevue avec Radio-Canada.

Il aurait aimé que le premier ministre ontarien prenne en considération le besoin criant de financement en santé publique, partout en Ontario. Il y a des crises de santé et des coupures dans toutes les municipalités, pas seulement ici, a souligné M. Watson.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, prend la parole lors de la Conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Doug Ford a néanmoins rappelé les efforts déployés par son gouvernement pour pallier à la pénurie de main-d'œuvre dans le milieu de la santé.

Notre gouvernement fait plus pour que davantage d'infirmières et d'infirmiers qualifiés, de médecins et de préposés aux services de soutien à la personne entrent dans le système ontarien pour soigner les patients, a-t-il déclaré lors de sa prise de parole devant les centaines de maires, conseillers municipaux et représentants de différentes organisations rassemblés au Centre Shaw.

Le premier ministre Ford a également mentionné le lancement, en mars, de la Subvention ontarienne pour l’apprentissage et le maintien en poste.

N’en reste que pour M. Watson, son discours n’a pas assez changé, et n’est pas suffisamment adapté à la situation précaire dans laquelle Ottawa, et de nombreuses autres municipalités, se trouvent.

C’est arrivé beaucoup trop souvent que le système d’ambulance soit à niveau zéro [à Ottawa], a déploré le maire Watson. Où il n’y avait tout simplement pas d'ambulance disponible pour desservir la ville, a-t-il poursuivi.

La pénurie qui frappe actuellement le milieu de la santé cause notamment la fermeture temporaire d’urgences, ou même la réduction de service dans certains hôpitaux : C'est important pour la province d'offrir plus d'appui pour les municipalités et aussi pour les hôpitaux.

Crise du logement

Bon nombre des maires rassemblés lundi se sont également mis d’accord sur la question de la crise du logement.

Je parlais avec d’autres maires qui m’ont dit qu’il y a un problème avec les sans-abri et le logement abordable dans toutes les communautés et les grandes villes comme Ottawa et Toronto, et de plus petites villes comme Pembroke, London et Sarnia, a partagé le maire Watson.

À l’heure actuelle, plus de 10 000 personnes sont dans l’attente d’un logement abordable à Ottawa, a-t-il rappelé.

Ça signifie qu'il y a un besoin pour au moins ce nombre d'unités d'appartements, pour permettre de loger les gens qui sont soit à la rue, sur un canapé, dans des abris temporaires [...] etc., a conclu le maire.

« On doit mettre la main à la pâte. Cette situation ne va pas s'améliorer à moins qu’un réel investissement soit accordé, pour qu’enfin ces personnes aient un logement abordable. »

— Une citation de  Jim Watson, maire d'Ottawa

La Conférence annuelle de l’AMO se poursuit jusqu’à mercredi. C’est d’ailleurs la première fois depuis 2019 que l’événement se déroule en mode présentiel.

Avec les informations de Claudine Richard-Beaudoin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !