•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Motocross : Bobby Gravel l’emporte à Walton malgré une fracture au pied

Un jeune homme célèbre son championnat entouré de ses parents.

Bobby Gravel a célébré son championnat entouré de ses parents Louanne et Éric.

Photo : Avec la permission d'Éric Gravel

Radio-Canada

Bobby Gravel, de Fauquier-Strickland, a remporté le championnat Walton TransCan Grand National dans la catégorie Supermini des 9 à 16 ans, malgré une fracture au pied.

Il était même incapable de se rendre à pied à la ligne de départ, raconte son père, Éric Gravel. On est arrivés à la ligne le matin et il fallait que je lui parte [son motocross] et que je le pousse sur son bike, parce qu’il n’était pas capable de marcher à côté.

L’athlète franco-ontarien a couru deux jours avec un pied fracturé. J’avais besoin de finir ma semaine pour finir mon championnat, lance le jeune homme de 14 ans.

Un jeune homme sur son motocross saute en voulant en dépasser un.

Bobby Gravel dépasse un retardataire en sautant.

Photo : Avec la permission d'Éric Gravel

Je ne suis pas capable de l’arrêter, clame Éric, questionné sur la détermination de son fils.

C’est Walton! C’est sûr que, si on était juste à une course locale, il n’aurait pas coursé avec le pied cassé. Il s’est mis [le pied] dans la glace et avec une botte de motocross, c’est sûr que ça te tient, mais ça devait faire mal quand même.

Un jeune homme sur le podium.

Atelle au pied, Bobby Gravel a grimpé sur la plus haute marche du podium.

Photo : Avec la permission d'Éric Gravel

Ce n'est que trois jours après sa blessure que Bobby et sa mère se sont rendus à l’hôpital de Barrie. C'est là qu'ils ont constaté qu’il s'était cassé un os dans le pied à plusieurs places.

Les médecins lui recommandent de se tenir loin de sa moto pour les trois à cinq prochaines semaines, et, après, je devrais être correct, clame celui qui porte le no 7 sur les pistes.

Une victoire remplie de sacrifices

Lorsque son fils a traversé la ligne d’arrivée, son père a vu tous les efforts, les semaines de vacances et d’ouvrage qu’on met là-dedans, défiler.

« C’est des émotions assez fortes. On est vraiment fiers de notre garçon. »

— Une citation de  Éric Gravel, père de Bobby Gravel

Il vient de revenir d'une blessure au poignet en mai. Il a décidé de subir une opération pour revenir plus vite pour Walton. C'était son objectif de gagner la catégorie Supermini, ajoute le mécanicien de métier.

Le père travaille d'arrache-pied sur la moto du fils afin qu'il puisse courser dans les meilleures conditions.

Un jeune homme reçoit une bourse.

La légende de motocross, Marco Dubé, remet une bourse à Bobby Gravel à Deschambault.

Photo : Avec la permission d'Éric Gravel

« Avant que Bobby puisse faire sa job, je dois faire la mienne. Ça aide beaucoup [d’être mécanicien] parce que ça coûte très cher de réparer ces machines-là. »

— Une citation de  Éric Gravel, père de Bobby

La famille Gravel, qui réside à Fauquier, parcourt l’est du pays en véhicule récréatif afin d'accompagner Bobby aux compétitions. On est toujours à minimum 9 à 10 heures [de route] de la course. C’est dur parce qu’on n'a pas vraiment de place pour pratiquer [dans le Nord de l’Ontario], il faut aller faire notre 7 à 8 heures [de route].

Un jeune homme saute en motocross.

Plus tôt cette année, Bobby Gravel a terminé en première position à Deschambault.

Photo : Avec la permission d'Éric Gravel

« La majorité des jeunes qui coursent contre Bobby passent l’hiver dans le Sud, Floride, Caroline du Nord, ils font du motocross à l’année ces enfants-là. »

— Une citation de  Éric Gravel, père de Bobby

La saison de Bobby, elle, a commencé en avril sur les pistes de Gopher Dunes à Courtland, en Ontario. Il s'agissait alors d'un voyage de trois semaines qui l’a éloigné de ses collègues de classe à l’école secondaire Cité des jeunes de Kapuskasing.

Ce championnat est une étape vers son rêve de devenir professionnel, à l'image du natif de Hearst Yannick Boucher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !