•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Candidatures électorales : le PLQ et le PQ toujours à la traîne dans la région de Québec

Dominique Anglade en train de parler pendant une conférence de presse.

Le PLQ et sa cheffe Dominique Anglade n'ont que six candidats annoncés dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Jérémie Camirand

Alors que la campagne électorale doit être déclenchée à la fin du mois d’août, la majorité des partis politiques tardent à dévoiler tous leurs candidats dans la grande région de Québec.

La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault est le seul parti à ne pas avoir ce problème. Avec l’annonce de la candidature de l'ex-analyste politique Martine Biron dans Chutes-de-la-Chaudière la semaine dernière, le portrait caquiste est maintenant complet dans la région de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

La CAQ est suivie de près par Québec solidaire à ce chapitre. La formation menée par son co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois doit toujours présenter celui ou celle qui défendra ses couleurs dans la circonscription de Bellechasse.

Le premier ministre s'apprête à enlacer la candidate en marge de la conférence de presse.

En présentant Martine Biron dans Chutes-de-la-Chaudière, François Legault a clôturé l'annonce des candidatures dans la région. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le portrait est sensiblement le même pour les conservateurs d’Éric Duhaime. Deux candidatures manquent à l’appel dans Louis-Hébert et Jean-Talon. Le Parti conservateur du Québec a présenté son programme électoral dimanche dernier, à Drummondville.

Le PLQ et le PQ à la traîne

Le Parti libéral du Québec (PLQ) peine à présenter des candidats dans l’une des 18 circonscriptions de la région. Seulement six candidatures ont été annoncées, sans oublier celle d’Anne DeBlois dans Charlesbourg, qui a toutefois rapidement été retirée en raison de propos controversés.

Un septième candidat a été présenté lundi soir pour la circonscription de Lévis. Il s'agit de Richard Garon, un ancien militaire et chargé de cours universitaire. Il fera notamment la lutte au caquiste Bernard Drainville, qui tente de succéder au député sortant, François Paradis.

Paul St-Pierre Plamondon en train de parler dans un micro, sur une estrade, derrière un pupitre.

Le Parti québécois et son chef Paul St-Pierre Plamondon ont annoncé 22 candidatures d'un seul coup la semaine dernière. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

De son côté, le Parti québécois (PQ) s’en tire un peu mieux. Huit candidatures doivent toujours être annoncées, notamment dans Montmorency et La Peltrie. La situation n'est pas bien différente ailleurs dans la province. Le parti a d’ailleurs tenté de pallier ce manque en annonçant 22 candidatures d’un seul coup la semaine dernière.

Même s’ils n’ont pas hésité à prendre position sur des enjeux propres à Québec, le Parti vert du Québec et son chef Alex Tyrrell n’ont que cinq candidatures déjà annoncées.

Plus de partis cette année

Les prochaines élections provinciales permettront à 25 différents partis de se faire entendre.

Si les principales formations politiques sont évidemment de la partie, d’autres en seront à leur première expérience électorale.

Un homme parle devant un podium alors que des gens se tiennent derrière lui.

Après avoir abordé la politique municipale, l'ancien joueur de football Balarama Holness tente sa chance en politique provinciale en créant Bloc Montréal. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

On peut noter la présence du parti environnemental Climat Québec, dirigé par l’ancienne cheffe du Bloc québécois, Martine Ouellet. L’ancien athlète professionnel et candidat à la mairie de Montréal Balarama Holness tentera de ravir des circonscriptions libérales dans la métropole, sous la bannière de Bloc Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !