•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fonderie : le ministre Charette exige le 15 ng d’ici 5 ans, pas d’échéance pour le 3 ng

Photo de Benoit Charette.

Le ministre de l'Environnement du Québec, Benoit Charette

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Le ministère de l'Environnement du Québec demande aux dirigeants de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda de respecter une norme annuelle moyenne de 15 nanogrammes d'arsenic par mètre cube d'air d'ici 5 ans.

C'est ce qu'a annoncé le ministre Benoit Charette en conférence de presse, lundi après-midi à Rouyn-Noranda. Il se range ainsi à l'avis formulé mercredi dernier par le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau.

Comme recommandé par la santé publique, Québec imposera aussi des normes quotidiennes et fixera des cibles pour les autres métaux lourds émis dans l'air par la fonderie, dont le dioxyde de soufre. Cependant, aucune échéance précise n'a été fixée pour l'atteinte de la norme provinciale de 3 ng d'arsenic par mètre cube d'air.

« On va exiger qu'ils [les dirigeants de la fonderie] diminuent de façon notable. Ce n'est pas un souhait, mais une exigence. On ne veut pas faire de compromis, cette époque est révolue », a mentionné le ministre Charette.

Les ministres Dufour et Charette derrière un lutrin, en conférence de presse.

Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, accompagné par Pierre Dufour, ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue (à gauche), lors de la conférence de presse à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Dans la prochaine autorisation ministérielle donnée à la fonderie, le gouvernement exigera aussi des cibles intermédiaires à atteindre au fil des cinq années. Cependant, le ministre Charette a affirmé qu’il n’était pas en mesure de définir ces cibles intermédiaires aujourd’hui (lundi).

Je ne peux pas m’attendre à une diminution significative des émissions si les travaux n’ont pas été réalisés et ces travaux-là ont, naturellement, un échéancier qui est, dans certains cas, difficilement compressible, indique-t-il.

Des sanctions pécuniaires seront imposées à la compagnie en cas de non-respect de ces conditions. Le gouvernement ne ferme pas la porte à une fermeture de l’entreprise si elle ne peut pas atteindre les cibles demandées.

« Pour nous, ce n’est pas un souhait, le 15 nanogrammes au cours des prochaines années, c’est une exigence. Si on ne peut pas l’atteindre, c'est là qu’une décision devra être prise pour ce qui est de l’avenir de l’entreprise. »

— Une citation de  Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette

Le ministre demande aussi à la Fonderie Horne de continuer le travail de décontamination des sols. Le réseau de stations d'échantillonnage devra de plus être étendu.

Le nord du quartier Notre-Dame est situé à quelques centaines de mètres de la Fonderie Horne.

La Fonderie Horne et le quartier Notre-Dame, à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Le ministère de l'Environnement tiendra aussi des consultations publiques en ligne du 6 septembre au 20 octobre, avec un volet en personne. Les citoyens et les organismes pourront remplir un formulaire et déposer un mémoire s'ils le souhaitent.

« C'est une réduction de 85 % qu'on demande à l'entreprise dans les cinq prochaines années, il s'agit d'un tournant », a affirmé le ministre Charette.

« La fonderie est un acteur économique important, mais le temps est venu d'apporter un changement d'approche. Nous sommes à l'écoute de la population, la priorité est la santé des citoyens. Il faut rabaisser [le niveau d'émissions de contaminants dans l'air] le plus vite possible et on ne perd pas de vue le 3 ng à plus long terme », a-t-il assuré.

Réaction de la Fonderie Horne

À la suite de la conférence de presse du ministre de l’Environnement, la direction de la Fonderie Horne a réagi par voie de communiqué.

« Nous accueillons avec ouverture les orientations présentées aujourd’hui (lundi) par le ministre Benoit Charette et demeurons engagés à atteindre les objectifs les plus ambitieux possible », mentionne la compagnie.

« Nos équipes et nos partenaires sont pleinement mobilisés autour d'un projet de transformation majeur qui fera de la Fonderie Horne l'une des plus efficientes au monde. Nous poursuivons nos efforts pour répondre aux exigences qui figureront à notre prochaine attestation d’assainissement, comme nous l’avons toujours fait. Notre plan d’action vous sera partagé dans les jours à venir », indique la direction de l'entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !