•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney qualifie une idée de Danielle Smith de « cinglée »

Jason Kenney avec derrière lui le drapeau de l'Alberta.

Jason Kenney

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, a jusqu'à présent refusé de favoriser l'un ou l'autre des candidats engagés dans la course pour lui succéder, mais lorsqu'on lui a demandé, samedi, de commenter un élément du programme de la candidate Danielle Smith, il l'a qualifié de cinglé.

Danielle Smith affirme que, si elle remporte la course à la direction du Parti conservateur uni (PCU), elle présentera un projet de loi cet automne pour donner à l'Alberta le pouvoir d'ignorer les lois fédérales et les décisions de justice jugées contraires à l'intérêt de la province.

Des juristes disent qu'un tel projet de loi serait illégal, inapplicable et un dangereux rejet du respect de l'État de droit.

Dans son émission sur les ondes de deux stations radiophoniques albertaines, Jason Kenney a dit qu'il était certain que, même si l'Assemblée législative adoptait la loi, l'Alberta ferait rire d'elle et que de toute façon, le lieutenant-gouverneur refuserait de lui donner la sanction royale.

Le premier ministre a ajouté qu'une telle loi ignorerait et violerait la Constitution d'une manière sans précédent dans l'histoire du Canada et qu'elle mettrait en péril la confiance des investisseurs.

Dimanche, Danielle Smith a réagi aux propos du premier ministre dans un communiqué, lui reprochant ce qu'elle appelle son ingérence dans la course à la direction, affirmant que ses commentaires ne reposaient pas sur des informations fiables et étaient irrespectueux envers une majorité large et croissante de membres du PCU qui soutiennent son projet de loi.

Elle a invité le premier ministre et d'autres observateurs à réserver leur jugement sur le projet de loi jusqu'à ce qu'ils puissent le lire.

Jason Kenney a annoncé en mai qu'il quittait la direction du parti après avoir reçu un soutien de 51 % lors d'un vote sur son leadership. Il reste en poste jusqu'à ce que les membres du parti aient choisi un remplaçant, le 6 octobre.

Danielle Smith, qui a commencé sa campagne avec une poignée de partisans du caucus et du cabinet conservateur uni, semble bénéficier de plus de soutien interne ces jours-ci, notamment de certains qui s'étaient initialement engagés à soutenir l'un de ses rivaux, Travis Toews.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !